Fin du « Grand Journal » : Les émissions les plus anciennes de Canal+ toujours à l’antenne

Une page se tourne. Ce soir, Canal+ diffusera l’ultime numéro du « Grand Journal« , son émission d’access prime time lancée en 2004 avec Michel Denisot et qui a vu se succéder plusieurs animateurs. Victor Robert, dernier présentateur du rendez-vous, va ainsi revenir ce soir sur la fin d’un programme qui, avec 13 ans d’antenne, était jusqu’à présent le cinquième plus ancien toujours diffusé sur Canal+. A l’occasion de cet arrêt, puremedias.com revient sur les programmes les plus anciens toujours à l’antenne.

29 ans : « Les Guignols »

Et sans grande surprise, ce sont « Les Guignols » (ex- »de l’info ») qui tiennent la barre. Les marionnettes en latex sont les seules survivantes du Canal+ des années 80. Lancé à la rentrée 1988-1989, le programme humoristique a su traverser les époques sans grandes turbulences mais a connu une deuxième moitié des années 2010 très particulière. En effet, nouvel actionnaire majoritaire, Vincent Bolloré a envisagé de supprimer purement et simplement « Les Guignols » avant de se raviser face à la bronca générale. Toutefois, avec l’arrêt du « Grand Journal », « Les Guignols » perdent une fenêtre d’exposition mais restent à l’antenne, du lundi au vendredi, à 20h50.

26 ans : « Le journal du cinéma » et « Le journal du hard »

En 1991 apparaît sur la chaîne cryptée « Le journal du cinéma », un magazine animé par Isabelle Giordano. Un magazine important pour la chaîne qui tient avec sa riche offre de films, l’un des vecteurs d’abonnement au bouquet. « Le journal du cinéma » conservera son format jusqu’en 2003 avant de devenir « + de cinéma »… pour redevenir une saison plus tard « Le journal du cinéma ». Et s’il reste discret et se contente de quelques minutes d’antenne, ce magazine reste toujours à l’antenne, 26 ans après son lancement.

Autre nouveauté lancée en 1991, un journal d’un autre genre : « Le journal du hard ». En janvier de cette année-là, Canal+ lance en effet un magazine pour accompagner la diffusion mensuelle de son film pornographique du premier samedi du mois. Réservé aux abonnés, celui-ci plonge le téléspectateur dans les coulisses des tournages de ces films pour adultes et propose des interviews des acteurs. En 26 ans, « Le journal du hard » a connu divers animateurs : Philippe Vandel (1991-1997), Jarlot Caen (1997-1998), Alexandre Devoise (1991-2001), Julia Chanel (2001), Clara Morgane (2001-2008), Mélanie Dagréo (2008-2011), Donia Eden (2011-2014) et enfin Sébastien Thoen, aux commandes depuis trois saisons.

16 ans : « Groland »

L’histoire de « Groland » est particulière. Si la présipauté a droit à son émission depuis 2001 – ou plutôt à 7 émissions en 16 ans -, elle a fait son apparition sur l’antenne de Canal+ en 1992 dans « Ce soir avec les Nouveaux », le programme de Christian Borde… aka Jules-Edouard Moustic. Cette pastille humoristique continue l’année suivante dans « Nulle part ailleurs » – sous divers noms – avant de prendre son envol avec l’arrêt de l’émission en 2001. C’est à ce moment là que naît « Groland Sat », qui sera déclinée à plusieurs reprises. Depuis la rentrée dernière, c’est ainsi « Groland, le zapoï » qui est diffusée chaque samedi soir, en clair, sur la chaîne cryptée.

11 ans : « L’effet papillon », « Le Journal des Jeux Vidéo », « Action discrète » et « Jamel Comedy Club »

Pas moins de quatre émissions lancées en 2006 ont résisté aux années. Le magazine « L’effet papillon » – qui a fêté son anniversaire le mois dernier – n’a ainsi pas souffert du temps ni des changements d’animateurs puisqu’avant Daphné Roulier, qui en tient les commandes depuis 2013, les téléspectateurs ont pu voir Victor Robert entre 2006 et 2009 puis lors de la saison 2012-2013. Entre deux, c’était déjà Daphné Roulier qui avait assuré la présentation de l’émission.

« Le Journal des Jeux Vidéo », émission hebdomadaire de Fred Moulin – initialement intitulée « Le Journal des sorties de jeux vidéo » -, a elle aussi su s’installer et est diffusée chaque semaine depuis 2006. La bande d’ »Action discrète » est elle aussi à l’antenne depuis 11 ans mais avec un rythme qui a varié année après année : hebdomadaire à ses débuts, l’émission parodique est devenue trimestrielle en 2012. La durée a elle aussi varié : 6 minutes à ses débuts, 18 minutes lors de la saison 2008-2009, 8 minutes ensuite et, depuis 2012 et sa diffusion trimestrielle, 70 minutes.

Enfin, depuis juillet 2006, Jamel Debbouze a le droit à son talent show sur la chaîne cryptée : le « Jamel Comedy Club ». Le programme qui s’est décliné en « Jamel Comedy Kids » l’hiver dernier a permis de faire émerger plusieurs talents de l’humour, de Claudia Tagbo à Frédéric Chau en passant par Nawell Madani, Thomas N’Gijol et Noom Diawara.

9 ans : « Canal Football Club »

L’an prochain, Hervé Mathoux et son équipe ajouteront une dixième bougie au gâteau du « CFC ». Cela fait en effet déjà neuf ans que le journaliste a pris les commandes de l’émission dominicale à succès. Car, depuis septembre, une rentrée marquée par le transfert de « Salut les Terriens ! » sur C8 et le départ de Yann Barthès, le « Canal Football Club » est l’émission la plus suivie de Canal+ avec 1,2 million de fidèles en moyenne cette saison (5,1% de PDA).

Le « CFC » a même donné naissance à deux programmes dérivés : le « Canal Rugby Club » avec Isabelle Ithurburu et Sébastien Chabal depuis novembre 2015 et le « Canal Esport Club » avec Olivier Morin, depuis octobre dernier.

8 ans : « Cartoon+ »

Les enfants ne sont pas oubliés sur Canal+. Depuis sa création en 1984, la chaîne cryptée propose des magazines à destination de la jeunesse, à commencer par « Cabou Cadin » pendant six ans. Mais c’est évidemment « Ca Cartoon » avec Philippe Dana qui fait le bonheur de la chaîne pendant 23 ans, jusqu’en 2009. Depuis, c’est « Cartoon+ », sans animateur, qui a pris le relais chaque dimanche à 7h25.

7 ans : « L’Oeil de Links »

En 2010, Canal+ lance l’hebdomadaire « L’Oeil de Links », une émission consacrée au web innovant et diffusée à la fois à l’antenne comme sur le web. Et celle qui se décrit comme un « webazine » a réussi son pari et continue d’être diffusée, chaque lundi à 23h30.

6 ans : « Le Petit Journal » (chronique dès 2004)

Comme « Groland », « Le Petit Journal » a été une chronique avant de devenir une émission. Et c’est en 2004, dans un certain « Grand Journal » justement, que la voix de Yann Barthès commence à étriller politique et people pendant quelques minutes. Année après année, la pastille prend de l’importance, le chroniqueur aussi et la popularité grandit. Au point qu’en 2011, Yann Barthès et le producteur Laurent Bon prennent leur envol et font du « Petit Journal » une émission à part entière. Et si tous deux ont quitté Canal+ pour TMC à la rentrée dernière, « LPJ » a pour le moment survécu, avec Cyrille Eldin pour animateur mais des audiences divisées par 10.

D’autres émissions ont elles au moins deux saisons d’antenne : « Le Tube » et « J+1″ sont ainsi à l’antenne depuis 2013 tandis que le « Canal Rugby Club » et « L’émission d’Antoine » fêtent leur deuxième année d’existence.



Il s’énerve : à écouter en intégralité

Image de prévisualisation YouTube


« Je suis un patriote »

Image de prévisualisation YouTube


Regardez la Station spatiale internationale passer devant la Lune

Thomas Pesquet nous envoie régulièrement des images de la Terre vue depuis la Station spatiale internationale (ISS). Cette fois, c’est un astronome amateur français qui filme, en haute résolution, le passage de l’ISS devant la Lune. Des images rares.

Image de prévisualisation YouTube

Le 4 février en fin d’après-midi, Thierry Legault a décidé de s’installer au sud de Rouen (Seine-Maritime) – la ville natale de Thomas Pesquet –, muni d’un télescope et d’un appareil photo.  »Je devais impérativement faire des poses très courtes pour figer le mouvement rapide de la station et j’ai donc travaillé en mode vidéo 4K à 25 images par seconde au 1/3 200e avec une sensibilité très élevée (5 000 ISO) », explique-t-il au Monde.

Le pari était osé : capturer le passage d’un engin de 110 mètres de long pour 75 mètres de large, volant à 400 km de la Terre et à environ 28 000 km/h. Le résultat est surprenant : la résolution de l’image permet même d’observer les cratères et les chaînes montagneuses lunaires. Dans la vidéo postée sur YouTube, l’ISS passe comme un éclair devant le premier quartier lunaire.



François Fillon : « Arretez de nous emmerder »

Entretien à La Réunion :

Image de prévisualisation YouTube

 



12345...26

brest2008terresetmersdebret... |
Commune de GODEWAERSVELDE |
syndicalisme |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LA GRIPPE PORCINE
| Kevin Long Production
| animaux