Discours de Nicolas Sarkozy à Saint-Raphaël

Image de prévisualisation YouTube


Discours de Nicolas Sarkozy à La Réunion

Image de prévisualisation YouTube


Meeting de Nicolas Sarkozy à Caen

Image de prévisualisation YouTube


ECHANGE DIRECT : Sur l’emploi des jeunes en Outre-mer et le handicap

Image de prévisualisation YouTube

SARKOZY ou le président qui a le plus fait pour le handicap et nos compatriotes d’outre-mer.



Le grenelle de l’environnement de Sarkozy porte ses fruits

Le grenelle de l'environnement de Sarkozy porte ses fruits dans 2012 794180d6-8003-11e1-80f1-2fdde9220501-493x300
Il faut plus de 5 ans pour juger d’une vision d’avenir.

Avec trois champs sur cinq, les deux groupes sont les grands gagnants de l’appel d’offres géant lancé par le gouvernement. Avec un site gagné, Areva préserve l’essentiel.

coeur- dans BuzzDM

C’est un chantier gigantesque qui s’engage au large des côtes françaises. Le gouvernement a attribué vendredi quatre champs destinés à l’exploitation d’éoliennes offshore, dont la construction devrait représenter 7 milliards d’euros d’investissements. À terme, selon Éric Besson, le ministre de l’Industrie, ce sont jusqu’à 10.000 emplois directs qui pourraient être créés par cette nouvelle filière du paysage énergétique français.

Pour les compétiteurs de cette course hors norme, le verdict est tombé vendredi matin, laissant peu de place à la discussion: le consortium emmené par EDF, associé au danois Dong, et Alstom, qui estime sa part de contrat à 2 milliards d’euros, se voit attribuer trois champs sur cinq, soit près de 1500 mégawatts (MW) sur un total de 3000. Il s’agit respectivement des sites de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique), Courseulles-sur-mer (Calvados) et Fécamp (Seine-Maritime). Le quatrième champ, celui de Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), tombe dans l’escarcelle de l’électricien espagnol Iberdrola, associé pour l’occasion à Areva, le groupe français leader mondial du nucléaire. Pour le cinquième champ, au Tréport (Seine-Maritime), où GDF Suez était seul en lice, l’appel d’offres est finalement déclaré infructueux.

GDF Suez n’obtient aucun site offshore

Chargé d’officialiser les résultats, Éric Besson a indiqué que cette décision allait permettre à la France d’intensifier le développement des énergies renouvelables «qui sont, à côté de l’énergie nucléaire, l’un des deux piliers de notre politique énergétique». L’objectif assigné par le Grenelle de l’environnement est confirmé, à savoir 6000 MW produits par les énergies marines à l’horizon de 2020. L’éolien offshore, qui entrera en production en 2017, représentera la quasi-totalité de ces capacités: un second appel d’offres, incluant les zones du Tréport et de Noirmoutier, sera lancé avant la fin de l’année, a encore précisé Éric Besson.

Pour l’heure, EDF et Alstom savourent le résultat de la première tranche. A contrario, le coup est sévère pour GDF Suez, l’autre géant français de l’énergie, qui n’obtient aucun site. Son ambition d’être un énergéticien global sur son marché domestique est de nouveau contrecarrée, puisque, à ce jour, le groupe n’a pas pu engager de projet dans le nucléaire en France. Pour l’éolien offshore, GDF Suez avait pourtant des atouts à faire valoir: il est aujourd’hui le leader de l’éolien en France, avec 1000 MW installés, soit deux fois plus qu’EDF Énergies nouvelles. GDF Suez regrette aujourd’hui que l’instruction de l’appel d’offres n’ait été réalisée que sur dossier, sans audition. Le sien, en association avec Siemens, a-t-il péché sur le prix? GDF Suez dit en tout cas avoir fait preuve de la plus grande discipline financière. Le groupe examinera très attentivement le cahier des charges du second appel d’offres avant de déterminer s’il retentera ou non sa chance.

Areva vise plus loin

Siemens de son côté regrette que l’opportunité de concrétiser un partenariat industriel franco-allemand ait été manquée, une fois de plus. Lui aussi s’étonne que son expertise technique, sa capacité à piloter des projets d’envergure et sa volonté de dynamiser le tissu industriel local aient été ignorés.

Ni gagnant ni perdant – avec un champ gagné alors qu’il en espérait deux -, Areva a toutefois préservé l’essentiel. Au cours des derniers jours, son patron, Luc Oursel, a bataillé ferme pour décrocher «le champ le plus convoité, qui plus est face à l’un de nos principaux concurrents (Siemens, NDLR)». Pour le dirigeant du groupe nucléaire, «Areva est au départ d’une belle aventure, à la fois en France et à l’international». Son partenariat avec Iberdorla ne vise en effet pas seulement les côtes françaises mais devrait aussi s’étendre à la Grande-Bretagne. D’ores et déjà sur les rangs pour le deuxième appel d’offres, Areva va ainsi mettre les bouchées doubles à l’international pour commercialiser sa turbine qui affiche déjà quatre ans d’expérience, et pouvoir concrétiser son projet industriel et lancer la construction de deux usines au Havre.



1...34567...11

brest2008terresetmersdebret... |
Commune de GODEWAERSVELDE |
syndicalisme |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LA GRIPPE PORCINE
| Kevin Long Production
| animaux