BlackBerry supprime environ 40% de son effectif

(Boursier.com) — Malgré un plan de redressement déjà en place, BlackBerry continue de perdre pied sur le très concurrentiel marché du smartphone. Le fabricant canadien, pionnier de l’internet mobile, s’est laissé dépasser par l’émergence de nouveaux poids lourds à l’image d’Apple et Samsung, mais aussi par l’arrivée de fabricants utilisant le support Android. En outre, son Z10 n’est pas parvenu à rencontrer son public, plongeant un peu plus le groupe dans une passe délicate. BlackBerry a donc progressivement perdu son emprise sur le marché et désormais, pointe au 8e rang mondial des fabricants de smartphones avec seulement 2,7% de part de marché contre 51% voici 4 ans.

Déclin d’un leader
Dans ce contexte, BlackBerry explore toutes les opportunités stratégiques pouvant se présenter, y compris la cession totale ou partielle de l’entreprise. Seulement les titans du marché étant déjà positionnés, cette solution apparaît de plus en plus comme une gageure. Microsoft, très en retard sur le segment, ne saurait être intéressé, car le groupe vient de s’offrir la téléphonie portable de Nokia pour 5,44 Mds$. L’autre piste stratégique est de s’atteler au redressement de l’entreprise… BlackBerry a donc décidé de réduire la voilure dans tous les domaines. D’une part, le fabricant canadien a opté pour une diminution du nombre de modèles de smartphones commercialisés (4 au lieu de 6), avec également à l’idée de se concentrer sur le segment haut de gamme, pourtant déjà bien achalandé. Sa stratégie de redressement passe d’autre part, par un allègement d’effectifs…

Décrochage financier
Au total, 4.500 personnes sont concernées par son vaste projet de restructuration de postes. A ses beaux jours, BlackBerry employait 20.000 salariés mais, n’en comptait plus que 12.700 au 31 mars 2013. Avec ce plan d’allègement d’effectifs, le fabricant de smartphones s’apprête à se séparer de 37,5% de son personnel. Le plan de relance de BlackBerry prévoit en effet une coupe des dépenses opérationnelles. Le groupe canadien a l’intention de réduire leur montant d’environ 50% avant la fin du 1er trimestre de son exercice fiscal 2015. Sur ce plan, le fabricant n’a guère plus le choix… Les chiffres préliminaires publiés au titre du 2e trimestre 2013 sont très mauvais. BlackBerry va passer des provisions pour restructuration et affichera sur la période une perte opérationnelle proche de 1 Md$ pour un chiffre d’affaires de 1,6 Md$ (3,04 Mds$ attendus par le marché). A l’annonce de ce warning, le marché a massivement sanctionné le dossier, qui a terminé la semaine sur un décrochage de 17,1%. en Bourse.



Nucléaire: Hollande doit fermer 35 réacteurs d’ici 2025 pour tenir son engagement

PARIS – L’engagement de François Hollande de réduire de 75 à 50% la part du nucléaire dans la production d’électricité d’ici 2025 passe par la fermeture de 35 des 58 réacteurs français, estime Greenpeace, qui a publié vendredi son scénario pour la transition énergétique.

L’ONG, qui a boycotté la partie institutionnelle du débat national sur la transition énergétique lancé pour le gouvernement, présente une trajectoire énergétique d’ici 2050, en ligne avec les engagements internationaux de la France contre le changement climatique et prévoyant une sortie du nucléaire à partir de 2031, de 2034 au plus tard.

Une telle trajectoire est techniquement possible mais surtout a un coût qui n’excède pas le coût d’un scénario tendanciel, c’est-à-dire reposant sur la simple mise en oeuvre des mesures du Grenelle de l’environnement, affirme Cyrille Cormier, chargé de campagne énergie chez Greenpeace-France.

François Hollande avait confirmé en septembre son engagement de campagne de réduire la part du nucléaire de 75 à 50% dans la production d’électricité d’ici 2025. Dans le scénario Greenpeace, cet objectif est atteint en 2023. Mais que ce soit en 2023 ou en 2025, la voie des 50% de nucléaire passe par la fermeture de 35 réacteurs, assure l’ONG.

Un engagement qui passe aussi par la fermeture de dix réacteurs dès le premier quinquennat de M. Hollande, donc d’ici 2017, ajoute Cyrille Cormier.

Pour le moment, le président de la République a annoncé la fermeture, avant fin 2016, de la centrale de Fessenheim (soit deux réacteurs) tout en achevant le chantier du réacteur de troisième génération (EPR) de Flamanville, dont la mise en service est également prévue pour 2016.

Dans son scénario, Greenpeace estime possible de se passer progressivement du nucléaire grâce à des investissements réaffectés dans les énergies renouvelables (notamment éolienne et solaire) mais aussi par la rénovation thermique des logements pour en réduire fortement la consommation électrique et une réduction des pics de consommation.

Avec ce scénario, son 38e au niveau international mais son premier en France, Greenpeace entend contribuer de l’extérieur au débat sur l’énergie, a souligné devant la presse son directeur général Jean-François Julliard.

« Et on continue la désindustrialisation ! Sommes nous si aveugles et destructeurs en France ? Je ne le crois pas. C’est pour cette raison que je continuerai mon combat. Avec 1000 demandeurs d’emploi par jour de plus, je vous laisse calculer combien ça fait de malheureux de plus en 9 mois. Sans compter ce que cela va couter aux contribuables : nous tous ! » : clame Boris Jacrot lors d’une réunion locale.

(©AFP / 08 février 2013 13h52)



Bilan du chômage sur les 14 derniers mois.

Bilan du chômage sur les 14 derniers mois. dans 2012 1577_440561442665745_141282974_n



Le parti communiste français moque les promesses non tenues d’Hollande (vidéo)

Le premier secrétaire du PS, Harlem Désir, a dénoncé la vidéo du PCF moquant les promesses non tenues du candidat Hollande devenu président, y voyant un « clip de mauvaise foi, mensonger et caricatural ». La vidéo

http://www.dailymotion.com/video/xw3p5v

Le Parti communiste a ouvert le bal des voeux pour l’année 2013 en publiant une vidéo de presque quatre minutes moquant les promesses non tenues du candidat Hollande devenu président.

Le clip, intitulé « 2013, rallumons les étoiles », met en scène François Hollande formulant différentes promesses lors de la campagne présidentielle, aussitôt coupé par des rires enregistrés typiques des sitcoms, avant que n’apparaisse le chiffre ou l’affirmation le contredisant dans les faits. A chaque engagement non tenu, le slogan « le changement, c’est maintenant » apparaît grignoté, pour finalement totalement disparaître à la fin de la vidéo.

François Hollande est ainsi montré du doigt par le Parti communiste sur sa politique dans les domaines de la culture, l’Europe, la santé, le vote des étrangers, la hausse de la TVA, le vote à la proportionnelle ou encore la finance. La dernière séquence du clip aborde le thème de l’industrie ; le président y apparaît peu à peu submergé par le nom des groupes industriels ayant annoncé des plans de licenciements et les rires laissent place à cette phrase : « 1.500 emplois détruits chaque jour, ça nous fait pas rire ». Le PCF finit sa vidéo en souhaitant « à toutes et à tous une bonne année de luttes ».

Harlem Désir : « Ce clip est une honte pour ses auteurs »

« François Hollande et la gauche qui gouverne sont la cible exclusive de ce clip qui épargne totalement la droite et l’extrême droite », a réagi le premier secrétaire du PS lHarlem Désir.« Ce clip ne met pas seulement en cause le président de la République, il ignore délibérément l’action menée depuis 8 mois au service des Français », souligne le leader socialiste, citant une longue liste de mesures sociales prises par le gouvernement, dont beaucoup ont été « votées par le PCF au Parlement ».

(afp)



Chômage : la France compte 4,61 millions de demandeurs d’emploi

Pole emploi

© Pascal Guittet

Le nombre de demandeurs d’emploi a encore augmenté de 29300 au mois de novembre 2012, portant le total à 3,13 millions. La France n’a jamais été aussi proche du pic historique de 1997.

En ce jeudi 27 décembre 2012 au matin, Michel Sapin, le ministre du Travail, s’est engagé à « une mobilisation maximale de tous les outils en faveur de l’emploi ». En visite surprise au marché de Rungis, le président François Hollande a tenu le même discours.

Les deux hommes savaient certainement la mauvaise nouvelle qui allait tomber en cette fin de journée : le mois de novembre a vu 29 300 nouveaux demandeurs d’emploi sans activité s’inscrire à Pôle emploi en France métropolitaine, a  fini par annoncer le ministère du Travail. Cette hausse de 0,9% en un mois (+10,8% sur l’année) est la 19ème consécutive. Elle porte le total de demandeurs d’emploi sans activité à 3,13 millions.

Et ces chiffres excluent les personnes exerçant une activité réduite. En les comptabilisant, le nombre des nouveaux inscrits atteint 30 400, et le total : 4,61 millions (+0,7% en un mois, +9,2% en un an) en France métropolitaine.

Les départements d’outre-mer, très touchés également, font encore gonfler les chiffres. En les incluant, le nombre de demandeurs d’emplois grimpe à 4,9 millions, un record absolu depuis la mise en place de statistiques comparables, dont 3,38 millions sans aucune activité.

Le ministère du Travail parvient tout de même à glisser une note d’optimisme dans son communiqué en soulignant que « le nombre de demandeurs d’emploi supplémentaires est globalement moins important que lors des mois précédents ». En effet, septembre et octobre avait chacun vu plus de 45 000 nouveaux chômeurs sans aucune activité venir frapper à la porte du Pôle emploi en métropole

Le nombre de chômeurs sans activité croit ainsi continuellement depuis 2008 et flirte désormais avec le pic historique de janvier 1997 : 3,205 millions. Face à ce triste constat « l’objectif d’inverser la courbe du chômage d’ici la fin 2013 sera la priorité de l’année, pour le ministre de l’emploi Michel Sapin comme pour l’ensemble du gouvernement qui est pleinement mobilisé dans ce but », a réaffirmé le ministère.

Charles Foucault



12345...12

brest2008terresetmersdebret... |
Commune de GODEWAERSVELDE |
syndicalisme |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LA GRIPPE PORCINE
| Kevin Long Production
| animaux