Le mariage pour tous conduira t-il à la marchandisation du ventre des femmes ?

Aurélie Filippetti, Najat Vallaud-Belkacem et Alain Vidalies (montage via Maxppp et Reuters)

Fermement opposé à la gestation pour autrui, le gouvernement ne veut pas râter sa communication sur le sujet : pas question d’ouvrir le moindre début de porte à l’hypothèse de la GPA. La pratique des mères porteuses est interdite en France et le restera.

 

Les ministres multiplient donc les déclarations claires et nettes sur le sujet. Ainsi d’Alain Vidalies ["Il n'est pas question d'aller sur le terrain de la GPA"], de Dominique Bertinotti ["François Hollande est on ne peut plus clair sur le maintien de l'interdiction de la GPA"] ou de Marisol Touraine :

Là-dessus nous avons toujours été extrêmement clair et je le redis : nous ne sommes pas favorables [à la GPA], c’est la marchandisation pure et simple du corps de la femme, on ne loue pas le ventre d’une femme pour faire un bébé, c’est une limite qui doit être rappelée fermement.

 

Aucun membre du gouvernement ne contredit cette posture.

 

Et pourtant.

 

Le Parti socialiste n’a pas toujours été unanime sur le sujet. Lors des débats sur les lois bioéthiques de décembre 2010, les avis étaient partagés. Certains – désormais ministres – ont pris position pour une gestation pour autrui bien encadrée.

 

Une tribune dans Le Monde, datée du 13 décembre 2010, porte trace de ces opinions. Tribune qui ressort ces derniers jours sur les réseaux, notamment par le biais de @abbegrosjean, désormais porte-parole en ligne des anti-mariage homo :

Derrière Elisabeth Badinter, on trouve en effet la signature de Najat Vallaud-Belkacem, Alain Vidalies et Aurélie Filippetti. La tribune explique que la meilleure solution pour éviter « la marchandisation des enfants et l’instrumentalisation des corps » n’est pas d’interdire la GPA mais de l’encadrer :

Sans encadrement, les droits de tous ceux dont le corps peut être source de profit sont en danger. C’est la raison pour laquelle nous proposons de fixer le cadre qui permettra aux femmes de porter un enfant pour d’autres parents sans voir leurs droits menacés.

 

Najat Vallaud-Belkacem, alors secrétaire nationale du PS, rédige également une note le 16 décembre 2010 pour le think tank proche du PS, Terra Nova. Elle y explique :

 

La GPA peut être régulée pour ne relever que de l’éthique du don. De nombreux exemples étrangers en attestent, par exemple le Royaume Uni. C’est pour ces raisons que nous avons proposé, avec Bertrand Monthubert, la légalisation de la GPA  dans un récent rapport interne au PS sur la révision des lois bioéthiques.

Le PS vient de se prononcer contre la légalisation, et je respecte bien évidemment cette décision collective, prise à l’issue d’un débat de haute tenue de notre bureau national.

 

De fait, l’opposition du PS  à la gestation pour autrui n’a pas changé depuis 2010 et François Hollande l’a affirmé à plusieurs reprises durant sa campagne : il ne reviendra pas sur son interdiction.

 

La remontée de ces archives n’est cependant pas aisée à gérer pour les ministres concernés. Le seul fait d’aborder cette question pourrait brouiller le message du gouvernement. On ne saura donc pas si les ministres croient toujours en la GPA encadrée ou s’ils se sont laissés convaincre.

 

L’entourage de Najat Vallaud-Belkacem explique ainsi au Lab que la ministre ne souhaite pas commenter cette prise de position passée:

 

 

Le gouvernement a une position très claire sur le sujet, la GPA ne se fera pas. C’est ça qu’il faut retenir.

La ministre n’a pas oublié ses positions passées (…) Tout ce qui nous intéresse c’est d’être le plus clair possible pour les Français.

 

 

Contactés à plusieurs reprises, l’entourage d’Alain Vidalies et d’Aurélie Filippetti n’ont quant à eux pas encore répondu à nos sollicitations.



Beidou, le GPS chinois, est en place

Après les États-Unis et la Russie, mais avant l’Europe, la Chine s’est dotée de son propre système de positionnement par satellite. Baptisé Beidou, il ne couvre pour l’instant qu’une large zone autour de la Chine.

Avec 16 satellites actifs en orbite (et 4 expérimentaux), le GPS chinois vient d’entrer en service commercial, couvrant tout le pays ainsi qu’une large partie de l’Asie et de l’océan Pacifique. Beidou (« louche du nord », le nom de la constellation que nous appelons la Grande Ourse) est progressivement mis en place depuis plusieurs années. Les tirs du lanceur Longue Marche 3 se succèdent, pour Beidou ou pour d’autres activités spatiales. En décembre 2011, le système de positionnement recevait son dixième satellite.

Dans des propos rapportés par l’agence de presse Xinhua, Ran Chengqi, responsable et porte-parole du système de navigation, explique que Beidou servira également aux « messages courts pour la Chine et les régions environnantes ». La précision du positionnement serait de 10 m, et de 0,2 m/s pour la vitesse. Dans le quotidien China Daily, le même Ran Chengqi affirme que le signal est utilisable jusqu’en Australie.

Lorsqu’il sera complet, Beidou couvrira toute la planète et s’appuiera sur 35 satellites (5 géostationnaires, 3 géostationnaires inclinés et 27 en orbite moyenne). Pendant ce temps, l’Europe met lentement en place Galileo, dont les deux premiers lancements pour les satellites Giove-A et Giove-B ont eu lieu en 2005 et 2008. En octobre 2012, une fusée Soyouz a installé les troisième et quatrième satellites IOV (de validation). En 2014, avec 18 autres satellites (il y en aura 30 au total), Galileo commencera à être utilisable.

Une fusée Longue Marche 3 au décollage. Ce type de lanceur a permis la mise en orbite des satellites de Beidou, le GPS chinois qui vient d'entrer en service commercial. © XinhuaBeidou, le GPS chinois, est en place dans 2012 pt-loupe

Une fusée Longue Marche 3 au décollage. Ce type de lanceur a permis la mise en orbite des satellites de Beidou, le GPS chinois qui vient d’entrer en service commercial. © Xinhua


Le parti communiste français moque les promesses non tenues d’Hollande (vidéo)

Le premier secrétaire du PS, Harlem Désir, a dénoncé la vidéo du PCF moquant les promesses non tenues du candidat Hollande devenu président, y voyant un « clip de mauvaise foi, mensonger et caricatural ». La vidéo

http://www.dailymotion.com/video/xw3p5v

Le Parti communiste a ouvert le bal des voeux pour l’année 2013 en publiant une vidéo de presque quatre minutes moquant les promesses non tenues du candidat Hollande devenu président.

Le clip, intitulé « 2013, rallumons les étoiles », met en scène François Hollande formulant différentes promesses lors de la campagne présidentielle, aussitôt coupé par des rires enregistrés typiques des sitcoms, avant que n’apparaisse le chiffre ou l’affirmation le contredisant dans les faits. A chaque engagement non tenu, le slogan « le changement, c’est maintenant » apparaît grignoté, pour finalement totalement disparaître à la fin de la vidéo.

François Hollande est ainsi montré du doigt par le Parti communiste sur sa politique dans les domaines de la culture, l’Europe, la santé, le vote des étrangers, la hausse de la TVA, le vote à la proportionnelle ou encore la finance. La dernière séquence du clip aborde le thème de l’industrie ; le président y apparaît peu à peu submergé par le nom des groupes industriels ayant annoncé des plans de licenciements et les rires laissent place à cette phrase : « 1.500 emplois détruits chaque jour, ça nous fait pas rire ». Le PCF finit sa vidéo en souhaitant « à toutes et à tous une bonne année de luttes ».

Harlem Désir : « Ce clip est une honte pour ses auteurs »

« François Hollande et la gauche qui gouverne sont la cible exclusive de ce clip qui épargne totalement la droite et l’extrême droite », a réagi le premier secrétaire du PS lHarlem Désir.« Ce clip ne met pas seulement en cause le président de la République, il ignore délibérément l’action menée depuis 8 mois au service des Français », souligne le leader socialiste, citant une longue liste de mesures sociales prises par le gouvernement, dont beaucoup ont été « votées par le PCF au Parlement ».

(afp)



Un exosquelette motorisé pour plus d’indépendance des paraplégiques

« Lève-toi et marche. » C’est ce que pourront peut-être entendre dès 2014 des personnes paralysées des membres inférieurs quand elles se seront équipées de cet exosquelette robotisé particulièrement léger et transportable. Il permet à des paraplégiques de rester debout, de marcher, de sauter et de monter des marches.

Les personnes paraplégiques sont atteintes d’une paralysie des membres inférieurs et ne peuvent plus marcher. Voilà une nouvelle qui pourrait les réjouir, et elle émane tout droit de la Vanderbilt University de Nashville (États-Unis) : des scientifiques y ont conçu un exosquelette robotisé qui permet à ces patients de se ternir droit, de marcher, de sauter ou de monter des marches.

Rien qu’aux États-Unis, il y aurait entre 236.000 et 327.000 personnes atteintes de lésions de la moelle épinière, parmi lesquelles 155.000 seraient paraplégiques. Ces accidents apparaissent en moyenne à l’âge de 41 ans, et représentent des coûts de l’ordre du million d’euros sur le reste de la vie de la personne.

Un exosquelette à utiliser comme un Segway

Attachés solidement au niveau abdominal, des supports rigides partent de la hanche jusqu’aux genoux, puis du genou jusqu’au pied, l’interface entre les deux étant motorisée et contrôlée par ordinateur. L’ensemble est doté de batteries dernier cri avec une grande autonomie.

Michael Goldfarb, l’un de ses concepteurs, le décrit comme un Segway avec des jambes. Pour marcher, il suffit de se pencher vers l’avant. Si on appuie vers l’arrière durant quelques secondes, la jambe se replie et la personne peut s’asseoir. Pour se remettre debout, il lui suffit de se pencher quelques secondes vers l’avant. Ce robot est conçu pour s’adapter à la force du patient. Une personne partiellement paralysée pourra faire travailler ses muscles, le reste du travail étant effectué par l’exosquelette. Pour les personnes complètement paralysées, c’est l’outillage qui fait le tout.

Ou presque… Car pour maintenir l’ensemble droit, il faut être équipé de béquilles. Sans elles, le patient paraplégique risquerait de tomber.

Brian Shaffer est une des rares personnes à avoir pu tester l'exosquelette. Il a été ravi de l'expérience et de pouvoir remarcher.Un exosquelette motorisé pour plus d’indépendance des paraplégiques dans La une pt-loupe
Brian Shaffer est une des rares personnes à avoir pu tester l’exosquelette. Il a été ravi de l’expérience et de pouvoir remarcher. © Joe Howell, Vanderbilt University

Des paraplégiques capables de marcher de nouveau

Pour Brian Shaffer, ayant perdu l’usage de ses jambes à la suite d’un accident de voiture la nuit du réveillon de Noël 2010, le test est positif. « C’est incroyable de pouvoir se remettre debout. Cela demande de la concentration pour le maîtriser dans un premier temps, mais une fois qu’on a le truc, ce n’est pas si dur : le robot fait tout le travail. »

Cet exosquelette n’est pas le premier du genre. Deux concurrents, des marques israélienne (Argo Medical Technologies) et californienne (Ekso Bionics) tentent déjà de conquérir le marché américain. Tous deux fournissent aussi la possibilité aux personnes paralysées de marcher et de se tenir droit.

Seulement, le robot de la Vanderbilt University est moins lourd (12 kg contre 20 pour ses concurrents) et de plus petite taille, facilitant son transport même pour quelqu’un se déplaçant en fauteuil roulant. À l’inverse de ses rivaux, il est équipé d’électrodes qui stimulent électriquement les jambes du patient, afin de favoriser le développement musculaire pour ceux qui n’ont perdu toute leurs sensations ou pour favoriser la circulation chez ceux atteints de paralysie complète.

Des détails qu’il reste à peaufiner

Le coût éventuel n’a pas encore été débattu. Les autres modèles ne se vendent pas moins de 140.000 dollars (108.000 euros) pour le moment. Les concepteurs espèrent pouvoir casser les prix, en jouant sur le fait qu’il demande moins de matières premières pour être produit. En revanche, les joujoux technologiques qui le composent ne le démocratiseront pas de sitôt.

Quoi qu’il en soit, aucun de ces modèles n’est encore accessible depuis chez soi. L’heure n’est donc pas encore à la banalisation. Mais les chercheurs de la Vanderbilt University se sont fixés l’année 2014 comme objectif. Un pari ambitieux. D’autant qu’à l’heure actuelle, il ne peut convenir à tous les patients. Il faut encore être suffisamment en bonne santé et avoir une musculature du haut du corps assez puissante pour tenir sur des béquilles. Ce qui n’est pas le cas de toutes les personnes contraintes à vivre en chaise roulante depuis des mois voire des années…



L’élévation du niveau des mers n’est pas uniforme sur Terre

L’agence spatiale européenne a dévoilé lundi le résultat de 20 ans de mesures altimétriques des océans par satellite. Si le niveau est monté de près de 12 millimètres par an au large des Philippines, il a baissé d’autant au sud de l’Alaska.

L'élévation du niveau des mers n'est pas uniforme sur Terre dans International coeur-

En 20 ans, le niveau des mers et des océans est monté, en moyenne, de 3 mm par an. Ce constat implacable masque toutefois une autre réalité: cette élévation est loin d’être uniforme. L’agence spatiale européenne (ESA) a dévoilé lundi au Congrès quinquennal de l’altimétrie radar, à Venise, l’analyse des données rassemblées entre octobre 1992 et février 2012 sur l’ensemble du globe par six satellites (ERS-1, ERS-2, Envisat, Topex-Poséidon, Jason-1 et Jason-2).

Le résultat est saisissant. Par endroits, comme au large des Philippines, l’océan est monté de plus de 10 millimètres par an pendant les deux dernières décennies. Au contraire, à quelques endroits situés au sud de l’Alaska (en bleu foncé), le phénomène inverse s’est produit. Le cas particulier de la mer Caspienne (en violet), dont le niveau baisse de façon inquiétante, est également frappant.

Entre ces variations extrêmes, toutes les nuances possibles s’observent. Les côtes de l’Australie, comme celles de Madagascar, voient l’eau monter dangereusement pendant que l’ouest des États-Unis et l’Europe restent globalement épargnés.

elevation_mer dans La une

Comment expliquer de telles différences? Selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec), l’accélération de l’élévation du niveau des mers depuis le début du siècle est liée à deux mécanismes: la fonte des glaces et la dilatation de l’eau sous l’effet de la chaleur. Les courants océaniques, qui influencent la répartition de chaleur et transportent les eaux de fonte, joueraient alors un rôle clé dans les disparités observées. Les phénomènes à l’œuvre, souvent chaotiques, restent toutefois très difficiles à modéliser.



1...34567...27

brest2008terresetmersdebret... |
Commune de GODEWAERSVELDE |
syndicalisme |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LA GRIPPE PORCINE
| Kevin Long Production
| animaux