François Hollande recule sur les rythmes scolaires : à force de reculer, l’eculage devient difficile

Le président a fait mardi des gestes à l’égard des maires, en étalant sur deux ans la réforme visant à rétablir la semaine de 4,5 jours.

François Hollande recule sur les rythmes scolaires : à force de reculer, l'eculage devient difficile dans 2012 coeur-Le rebondissement était annoncé la semaine dernière, sous forme de rumeurs. L’Élysée l’a confirmé mardi lors de l’ouverture du congrès des maires de France: la réforme des rythmes scolaires sera repoussée. De fait. Car François Hollande a indiqué que le retour à la semaine de quatre jours et demi «s’étalera sur deux ans».

«Les communes qui voudront dès 2013 participer à ce mouvement le feront», a indiqué le président de la République. «Et les autres prendront le temps nécessaire pour que nous puissions, dans la concertation, appliquer cette réforme.»

Hollande répond ainsi à une revendication des maires, qui s’inquiètent depuis des mois des conséquences de cette réorganisation sur les activités extra-scolaires. Si l’Association des maires de France (AMF) a avalisé la réforme, au nom du bien-être des écoliers, elle a toujours émis des réserves quant au raccourcissement des journées et à l’allongement du temps périscolaire, qu’il reviendra aux mairies de supporter et de financer dans un contexte économique difficile.

Dans le cadre des dernières négociations, le 12 novembre, le ministre de l’Éducation, Vincent Peillon, proposait aux communes de prendre en charge trois heures hebdomadaires supplémentaires, soit 45 minutes de plus par jour, de 15 h 45 à 16 h 30. Recrutement de personnels dédiés, mise à disposition de locaux, transports scolaires… L’Association des maires des grandes villes de France (AMGVF) a chiffré la réforme à quelque 600 millions d’euros pour l’ensemble des élèves en année pleine…

Un fonds de 250 millions d’euros

De leur côté, les syndicats d’enseignants ont toujours averti du risque de voir se creuser les inégalités entre les communes riches et les autres. Et pour répondre à cette inquiétude, le ministère avait évoqué un fonds de péréquation. Mais de quel fonds parlait-on? Et de quel montant?

Devant les maires de France, François Hollande a affirmé avoir demandé au gouvernement de mettre en place à la rentrée 2013 «un fonds spécifique de 250 millions d’euros pour accompagner» les collectivités qui mettront en œuvre la réforme des rythmes scolaires à cette date et qui le «justifient». «Je pense aux communes rurales et aux villes les plus en difficulté», a-t-il ajouté. Les maires se satisferont-ils de ce montant?

Quoi qu’il en soit, on peut dès lors s’interroger sur l’efficience d’une réforme en deux temps, qui toucherait inégalement la France. Nous sommes loin des annonces flamboyantes de Vincent Peillon il y a six mois sur le sujet. La semaine dernière, ce dernier voulait pourtant encore y croire, affirmant que le changement, c’était pour 2013.



Laisser un commentaire

brest2008terresetmersdebret... |
Commune de GODEWAERSVELDE |
syndicalisme |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LA GRIPPE PORCINE
| Kevin Long Production
| animaux