La gauche veut en finir avec Aubry et les 35 heures

Interrogé lors des questions au gouvernement mardi à l'Assemblée nationale, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault a assuré que la durée légale du travail, fixée à 35 heures par semaine, "ne changerait jamais tant que la gauche serait au pouvoir".

Jean-Marc Ayrault a assuré mardi à l’Assemblée nationale que la durée légale du travail, fixée à 35 heures par semaine, « ne changerait jamais tant que la gauche serait au pouvoir », après avoir dit dans Le Parisien/Aujourd’hui en France que ce n’était « pas un sujet tabou ». « Je vais vous décevoir : la position qui est la mienne et qui a toujours été la mienne, c’est d’ailleurs pour cela que je combats votre politique, c’est que la durée légale du travail est de 35 heures et elle ne changera jamais tant que la gauche sera au pouvoir », a lancé le Premier ministre, interrogé dans l’hémicycle par le président du groupe UMP, Christian Jacob.

Une nouvelle mise au point sur ses propos maladroits dans Le Parisien/Aujourd’hui en France, dans lequel il répondait « pourquoi pas ? » à la question d’un éventuel retour aux 39 heures. Mardi matin, le Premier ministre avait déjà assuré qu’il n’était « pas question de revenir sur les 35 heures ».

Le Premier ministre tente d’éteindre mardi l’incendie qu’il a allumé sur ce sujet. Après avoir affirmé que ce n’était pas une question taboue, il est donc revenu sur ses déclarations. Lors de la séance des questions à l’Assemblée, il a été interrogé par le président du groupe UMP, Christian Jacob, qui l’a invité à « aller au bout de (sa) logique » sur les 35 heures et a ironisé sur le « recadrage » dont il aurait fait l’objet de la part du ministre du Travail, Michel Sapin. « M. le président Jacob, vous êtes un homme formidable, mais vous avez un petit problème, c’est que vous avez perdu la mémoire : vous combattez les 35 heures, vous êtes pour l’abrogation de la durée légale du travail », a rétorqué le Premier ministre. Il a aussi rappelé que la droite n’était pas revenue en 2007 sur ces 35 heures et les avait même « élargies aux très petites entreprises ».

« Les 35 heures, une conquête sociale »

« Je vais vous décevoir : la position qui est la mienne et qui a toujours été la mienne, c’est d’ailleurs pour cela que je combats votre politique, c’est que la durée légale du travail est de 35 heures et elle ne changera jamais tant que la gauche sera au pouvoir », a lancé Jean-Marc Ayrault. « C’est l’engagement qui est celui du Premier ministre et du gouvernement, il n’y a pas de proposition possible », a enchaîné le chef du gouvernement. « Nous, nous avons choisi les 35 heures, à partir desquelles se déclenchent les heures supplémentaires », a ajouté M. Ayrault, pour qui les 35 heures, mesure emblématique du gouvernement Jospin à la fin des années 1990, « c’est une conquête sociale, une conquête de la gauche ».

Ironisant sur le secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé, qui « appelle à la rue, c’est assez extraordinaire », M. Ayrault a aussi pointé « l’aveu » de François Fillon au sujet d’une supposée demande par Nicolas Sarkozy d’un report à l’après-présidentielle du plan social chez PSA.



Laisser un commentaire

brest2008terresetmersdebret... |
Commune de GODEWAERSVELDE |
syndicalisme |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LA GRIPPE PORCINE
| Kevin Long Production
| animaux