J.F. Copé au 20h, 16 septembre 2012

Image de prévisualisation YouTube


Discours de Jean-François Copé à Chateaurenard



François Hollande adopte « le style Sarkozy »

Après l’avoir critiqué, voilà qu’il le prend en exemple :

François Hollande, qui a reconnu dans un discours tenu vendredi à Châlons-en-Champagne devoir affronter « une crise d’une gravité exceptionnelle », a mis fin au « discours fondé sur la patience et l’attente » selon les éditorialistes, qui observent une « sarkoïsation » de sa méthode. « En expliquant que la crise est d’une gravité exceptionnelle et en se refusant à incriminer son prédécesseur, François Hollande solde sa campagne électorale », estime Paul-Henri du Limbert (Le Figaro). Selon l’éditorialiste, le chef de l’État n’a plus le choix, il « doit poursuivre la politique entamée (par Nicolas Sarkozy, NDLR). Bref (…), aller qu’il le veuille ou non contre sa nature et contre ses promesses, sous peine de voir une crise exceptionnelle déboucher sur une exceptionnelle faillite ».

Le Monde poursuit la comparaison avec le quinquennat de Nicolas Sarkozy et souligne que, « contrairement à ses prédécesseurs, (François Hollande) a été élu sans promettre la lune en matière économique ». Néanmoins, le journal du soir exhorte le président à « arbitrer et trancher ». « Il l’avait fait avec sérieux au printemps. Il doit le faire avec courage à l’automne. Le plus dur n’est pas derrière lui, mais devant », met en garde le quotidien.

Le temps des « jours sans »

« Le chef de l’État a peut-être compris que cette stratégie d’attentisme, de mutisme, de signaux sibyllins ne faisait pas une politique », espère Yves Harté (Sud Ouest). « La pancarte brandie à la vue du président : Le changement, c’est pour quand ?, repérée par Hervé Favre (La Voix du Nord), est venue rappeler à François Hollande que « le discours fondé sur la patience et l’attente ne passe plus, selon Patrice Chabanet (Le Journal de la Haute-Marne). Le mot qui écrase tous les autres aujourd’hui est urgence« .

Face à la « multiplication des déplacements sur le terrain et (les) interventions télévisées », Jacques Camus (La République du Centre) observe une « sarkoïsation du style Hollande », qui doit désormais surmonter « le temps des jours sans, après les cents jours ». François Martin (Midi libre) livre une analyse identique et voit Hollande, « confronté à une sévère baisse de popularité, (…) partir à la reconquête de l’opinion » et se lancer « à corps perdu dans une séquence stakhanoviste digne du meilleur Sarkozy, après un été pépère ». Ce « registre du père tranquille », le président ne peut plus s’y cantonner selon Rémi Godeau (L’Est républicain), tant « la méthode hollandaise est malmenée ». L’éditorialiste solde son propos par un constat cinglant : « La normalité a vécu. »

À Francis Laffon (L’Alsace) de se demander alors quand viendra « le moment où l’on saura si le président normal est aussi homme d’État. »



12

brest2008terresetmersdebret... |
Commune de GODEWAERSVELDE |
syndicalisme |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LA GRIPPE PORCINE
| Kevin Long Production
| animaux