Les banques françaises se prépareraient à une sortie de la Grèce de la zone euro

Les banques travailleraient dans le plus grand secret à des plans d’urgence, selon Reuters. Chaque établissement aurait une équipe dédiée à la Grèce.

Les banques françaises se prépareraient à une sortie de la Grèce de la zone euro

Les banques françaises, qui font partie des établissements bancaires étrangers les plus exposés à la Grèce, préparent dans le plus grand secret des plans d’urgence dans l’éventualité d’une sortie de la République hellénique de la zone euro (Grexit)., ont indiqué à Reuters des sources informées de ces préparatifs. D’après des responsables de la zone euro, le comité de préparation de l’Eurogroupe avait demandé aux gouvernements de la zone d’élaborer chacun de leur côté des plans d’urgence en cas de retour de la drachme en Grèce. ‘Chaque banque a désormais une équipe spéciale chargée de regarder les conséquences possibles d’un retour de la drachme’, a dit à Reuters un banquier parisien sous couvert d’anonymat.

D’après les données de la Banque des règlements internationaux et corrigées du risque réel pris sur l’emprunteur, les banques françaises ont pour 44,4 milliards de dollars d’engagements de crédit en Grèce contre 13,4 milliards pour les banques allemandes. ‘Les banques préparent des plans d’urgence en cas de sortie de la Grèce, mais vous pouvez deviner pourquoi elles ne souhaitent pas que cela se sache publiquement’, souligne un consultant travaillant pour les banques françaises, qui n’a pas non plus souhaité être nommé. Selon un banquier d’affaires, toutes les banques françaises ont mis sur pied des plans de crise sur la Grèce au cours des deux dernières semaines à la demande des régulateurs.

Silence de l’Autorité de contrôle prudentiel

Si les banques françaises assurent être prêtes à cette éventualité et pouvoir en absorber les pertes qui en découleraient, aucune d’entre elles n’a souhaité en revanche s’exprimer sur les plans d’urgence mis en place, tout comme les pouvoirs publics. Ni BNP Paribas, ni le Crédit agricole, de loin la banque française la plus exposée à la Grèce, ni la Société générale n’ont souhaité faire de commentaires. Interrogée vendredi sur l’existence de plans d’urgence pour les banques et compagnies d’assurance françaises, Danièle Nouy, la secrétaire générale de l’Autorité de contrôle prudentiel (ACP), chargée de contrôler en France les établissements de crédit et les assureurs, a refusé de répondre. ‘Cette question n’est pas le sujet de cette conférence de presse, donc je ne vais pas vous répondre sur cette question’, a déclaré Danièle Nouy. La conférence de presse en question portait sur le rapport annuel du pôle commun de l’ACP et de l’Autorité des marchés financiers (AMF) sur la banque, l’assurance et l’épargne.

L’ACP et son président Christian Noyer, qui est aussi gouverneur de la Banque de France, avaient indiqué mi-mai n’avoir donné aucune instruction particulière aux banques concernant la Grèce mais qu’il appartenait à leurs équipes des risques de travailler sur tous les scénarios.

Le nouveau président François Hollande refuse de son côté d’envisager un tel scénario de sortie de la Grèce ‘Ils failliraient à leurs obligations fiduciaires s’ils ne le demandaient pas’, a réagi un banquier d’affaires parisien à propos de l’éventualité d’instructions de l’ACP aux banques. Pour le vice-Premier ministre belge, Didier Reynders, ce serait d’ailleurs une ‘grave erreur professionnelle’ de la part des entreprises et des banques centrales de ne pas préparer de tels plans d’urgence.

Facture salée mais ‘absorbable’

‘Je trouve qu’il y a un degré de préparation à Londres plus élevé qu’à Paris. Les banques françaises, pour des raisons politiques, se sont montrées plus réticentes’, commente Hubert de Vauplane, associé au cabinet d’avocats Kramer Levin à Paris.

Devant les actionnaires de la banque, réunis mardi en assemblée générale, le directeur général du Crédit agricole SA, Jean-Paul Chifflet a déclaré qu’il travaillait ‘tous les jours’ sur le dossier grec. La banque a aussi resserré son équipe chargée de plancher sur la Grèce.

Depuis les élections législatives du 6 mai dernier, la Grèce est plongée dans une impasse politique qui bloque la mise en oeuvre des réformes exigées en contre-partie du versement d’une nouvelle tranche d’aide de l’Union européenne et du Fonds monétaire international. Les investisseurs redoutent du coup que le pays ne soit contraint d’abandonner la monnaie unique, au risque d’entraîner de lourdes pertes dans le secteur bancaire.

Pour Alex Koagne, analyste chez Natixis, la facture s’élèverait à 5,2 milliards d’euros pour le Crédit agricole, 2,9 milliards pour BNP Paribas et 400 millions d’euros pour la Société générale.

‘Si c’est juste la Grèce, oui, ce serait absorbable pour les banques françaises. Cela ne les mettrait pas en péril’, estime Alain Branchey, directeur senior chez Fitch ratings, responsable pour les banques françaises. ‘Même le groupe Crédit agricole pourrait l’absorber. Ce serait déstabilisant mais absorbable par les résultats du groupe.’ Il tient aussi à rappeler qu »une sortie de la Grèce de la zone euro n’est pas inéluctable’ et considère qu’il est difficile de prévoir toutes les conséquences d’un tel événement.

LES ECHOS (SOURCE REUTERS)


UMP

Image de prévisualisation YouTube


Eric Zemmour : « Comme un petit parfum de mai 1981 sur la Place Vendôme »



François FILLON, un candidat solide à la présidence de l’UMP

François Fillon, né François Charles Armand Fillon le 4 mars 1954 au Mans, est un homme politique français.

Assistant parlementaire de profession, et membre du RPR puis de l’UMP, il est nommé successivement ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche dans le gouvernement d’Édouard Balladur (1993-1995), puis ministre des Technologies de l’Information et de la Poste (1995), et ministre délégué chargé de la Poste, des Télécommunications et de l’Espace au sein des deux gouvernements d’Alain Juppé (1995-1997). Après la réélection de Jacques Chirac à l’Élysée, François Fillon est nommé ministre des Affaires sociales, du Travail et de la Solidarité (2002-2004) ; il mène des réformes structurelles sur la durée du travail et sur les retraites. Nommé ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche (2004-2005), il fait voter par le Parlement, la loi Fillon pour l’éducation.

À la suite de la victoire de Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle de 2007, François Fillon est nommé Premier ministre le 17 mai 2007 et forme son premier gouvernement. Il est reconduit le 18 juin suivant, à la suite de la victoire de la droite aux élections législatives : son deuxième gouvernement est, en durée, le deuxième gouvernement le plus long de la Ve République après celui de Lionel Jospin. Il forme son troisième gouvernement le 14 novembre 2010. Le 10 mai 2012, il remet la démission de son gouvernement, à la suite de l’élection à la présidence de la République de François Hollande. Il est le deuxième Premier ministre à avoir la durée de présence en continu à Matignon la plus longue.

Origines et famille

François Charles Armand Fillon est le fils de l’historienne basque Anne Soulet et de Michel Fillon, notaire originaire de Vendée (les Essarts) et des Deux-Sèvres (Secondigny). Aîné de quatre enfants, François Fillon grandit, avec ses trois frères, Pierre, Dominique et Arnaud, dans la petite ville de Cérans-Foulletourte, dans la Sarthe, où il fréquente l’école communale. Il étudie ensuite au collège privé de Saint Michel des Perrais, à Parigné-le-Pôlin, d’où il est exclu provisoirement pour avoir jeté une ampoule lacrymogène en plein cours. Il est inscrit ensuite au lycée Notre-Dame de Sainte-Croix, au Mans, d’où il est exclu pendant quelques jours pour indiscipline (pour avoir mené un rassemblement d’élèves demandant la démission d’une professeur d’anglais, qu’il jugeait incompétente) avant d’être réintégréKelly 1. Attiré par l’action, passionné de randonnée en montagne et d’alpinisme, il s’engage chez les scouts et, à l’âge de dix-sept ans, demande et obtient la direction d’une équipe.

Il obtient en 1972 un baccalauréat de philosophie. Il envisage à l’époque de devenir journaliste et effectue pendant deux ans des stages d’été à l’AFP, un premier de trois mois auprès de l’agence AFP d’Espagne2,3, un second, durant l’été 1973, à l’agence AFP de Bruxelles.

Il poursuit des études supérieures à l’Université du Maine, au Mans, où il est l’élève de Christian Philip. Il y obtient une maîtrise de droit public en 1976. L’année suivante il obtient un diplôme d’études approfondies (DEA) en droit public de l’Université Paris Descartes4.

En 1974, admirateur du général de Gaulle, qui représente pour lui le symbole d’une France forte et indépendante, il commence à affirmer ses convictions politiques. Ses parents sont d’ailleurs d’anciens militants de l’UDR. En 1976, il entre dans la vie politique comme assistant parlementaire de Joël Le Theule, député de la Sarthe. Il dirige la campagne électorale de ce dernier avec succès lors des élections législatives de 1978. En 1977, il adhère au Rassemblement pour la République (RPR) fondé par Jacques Chirac.

En 1979, il effectue son service militaire. Il se marie le 28 juin 1980 avec la Galloise Penelope Kathryn Clarke, née en 1956 à Llanover, près d’Abergavenny, fille de George Clarke, avocat, et Gladys Clarke. Ils s’étaient rencontrés dans les années 1970 au lycée de Sablé-sur-Sarthe. Ils ont cinq enfants : Marie (1982), Charles (1984), Antoine (1985), Édouard (1989) et Arnaud (2001)5.

Le 14 décembre 1980, François Fillon est témoin du décès de Joël Le Theule. Celui-ci, victime d’un malaise cardiaque, avait demandé à Fillon, présent au moment des faits, de le conduire à l’hôpital. Arrivé aux urgences, Le Theule descend du véhicule automobile et perd connaissanceKelly 2. Les médecins auraient tenté pendant trois heures de réanimer Joël Le Theule, sans succès3.

Le 17 avril 1981, Arnaud Fillon, dix-huit ans, le plus jeune des frères de François Fillon, trouve la mort dans un accident de voitureKelly 3.

Carrière politique

C’est sous la pression des amis de Joël Le Theule et en vertu des préférences affirmées par ce dernier que François Fillon va progressivement reprendre les mandats de son ancien mentor. Il est d’abord élu conseiller général de la Sarthe, dans le canton de Sablé-sur-Sarthe en février 1981 avec 76 % des voix.

Ascension politique locale et nationale

En juin 1981, il est élu député de la 4e circonscription de la Sarthe dès le premier tour, avec 50,14 % des voix, et reprend ainsi le siège de député de Joël Le Theule. À 27 ans, il est alors le benjamin de l’Assemblée nationale. François Fillon se rapproche de Philippe Séguin, autre jeune député de droite élu en pleine vague socialiste. Ils font alors partie du « Cercle », une association de jeunes députés libéraux ou partisans d’un « gaullisme social » prônant la rénovation de la vie politique et dans laquelle on retrouve également François d’Aubert, Charles Millon et Michel Noir. Philippe Séguin devient son nouveau mentor en politique, d’autant plus que les relations de François Fillon avec Jacques Chirac, président du RPR, sont médiocres.

François Fillon devient alors un expert des questions relatives à la défense nationale au sein de l’Assemblée nationale et, dès cette époque, se fait le partisan d’une armée de métier, aborde le problème du vieillissement des Mirage IV, les avantages de la bombe à neutrons…

Lors des élections municipales de 1983, François Fillon est élu maire de Sablé-sur-Sarthe dès le premier tour, avec 68,05 % des voix. Il dirige la liste RPR dans la Sarthe lors de des élections législatives au scrutin proportionnel du 16 mars 1986, et est ainsi réélu député ; il devient président de la Commission de la Défense jusqu’à la fin de la législature. En juin 1988, il est réélu député dès le premier tour alors qu’un mois plus tôt, lors de l’élection présidentielle, sa circonscription avait voté François Mitterrand à 58 %. Il fait alors partie de l’aventure des rénovateurs de la droite aux côtés de Philippe Séguin, Michel Noir, Charles Millon, Philippe de Villiers, Bernard Bosson, Michel Barnier, Alain Carignon, François Bayrou, Étienne Pinte et Dominique Baudis.

En 1990, l’aventure sans lendemain des rénovateurs lui coûte sa place au bureau national du RPR. Lors du congrès du mouvement gaulliste durant l’hiver 1990, il suit Philippe Séguin dans son alliance avec Charles Pasqua visant à contester la présidence du RPR à Jacques Chirac et le secrétariat général à Alain Juppé. Quand Pasqua fonde l’association Demain la France, Fillon fait partie du comité d’orientation. Le but de l’alliance est alors de rénover le gaullisme. Lors du congrès du RPR, la liste Pasqua-Séguin remporte 30 % des suffrages contre 70 % à la liste Chirac-Juppé. L’échec est relatif car personne ne pensait que la liste de Jacques Chirac serait battue, et le score réalisé par la liste Pasqua-Séguin dépasse les attentes de leurs promoteurs.

En avril 1992, François Fillon est élu président du conseil général de la Sarthe par 16 voix contre 14 à Roland du Luart. Il succède alors à Michel d’Aillières, président du département pendant 19 ans. À 38 ans, il est alors l’un des plus jeunes présidents de conseil général de France et se retrouve à gérer 750 personnes et un budget de 2 milliards de francs.

Durant l’été 1992, il mène campagne aux côtés de Philippe Séguin contre la ratification du traité de Maastricht. À l’Assemblée nationale, il déclare vouloir « l’Europe, mais debout ». Il dénonce notamment l’établissement d’une monnaie unique avant l’attribution d’institutions politiques à l’Europe ainsi que l’absence de politique économique et sociale. La victoire étriquée du « oui » au référendum sur le traité de Maastricht (51,05 %) sonne comme une demi-victoire pour François Fillon et Philippe Séguin.

Ministre des gouvernements Balladur et Juppé (1993 – 1997)

Lors des élections législatives de 1993, il est réélu dès le premier tour avec 58,58 % des voix. C’est grâce à Philippe Séguin que Fillon entre au gouvernement Édouard Balladur où il devient ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Il plaide à cette fonction en faveur de l’autonomie des universités et souhaite séparer la formation des professeurs des écoles de celle des professeurs du secondaire. Finalement, sa loi sur les universités est censurée par le Conseil constitutionnel et sa réforme de la filière technologique est retirée.

En 1995, contrairement à Séguin qui choisit de soutenir Jacques Chirac, Fillon prend position en faveur d’Édouard Balladur lors de l’élection présidentielle. En dépit de l’échec de Balladur et de la victoire de Chirac, il est avec Michel Barnier et François Bayrou l’un des rares balladuriens dans le premier gouvernement d’Alain Juppé en 1995 sous la présidence de Jacques Chirac. François Fillon devient le nouveau ministre des Technologies de l’information et de la Poste puis en novembre 1995, ministre délégué à la Poste, aux Télécommunications et à l’Espace. Il est alors chargé de la modernisation de France Télécom, notamment de la gestion de la fin de son monopole et de la transformation du statut de cette entreprise publique. Bien que conspué par la gauche, il fait voter la fin du monopole de France Télécom et le principe d’ouverture de son capital. Celui-ci sera d’ailleurs réalisé par son successeur socialiste après la dissolution par Jacques Chirac de l’assemblée nationale en juin 1997.

En 1996, il propose un amendement à la loi de réglementation des télécoms (dit « amendement Fillon ») visant notamment à rendre les fournisseurs d’accès pénalement responsables des contenus des services ayant fait l’objet d’un avis défavorable du Comité supérieur de la télématique (émanation du CSA) et donc à censurer de façon indirecte Internet. Cet amendement a été censuré par le conseil constitutionnel le 23 juillet 19966 à la suite d’un recours déposé par le parti socialiste rédigé par l’avocate Valérie Sédallian.

François Fillon est réélu député en juin 1997 au deuxième tour, face à Stéphane Le Foll, avec 52,7 % des suffrages exprimés.

Rapprochement de Jacques Chirac

Philippe Séguin décide alors de s’emparer de la présidence du RPR et se rapproche de Nicolas Sarkozy pour contrer Alain Juppé. En juillet 1997, Séguin est élu président du RPR avec 78 % des voix et Sarkozy devient secrétaire général. François Fillon fait partie de la garde rapprochée de Séguin et devient secrétaire national du RPR, chargé des fédérations puis porte-parole de la commission exécutive. En 1998, Fillon est élu président du conseil régional des Pays de la Loire. Il met alors tout son poids politique pour empêcher les alliances entre certains élus de droite avec le Front National dans les régions où aucune majorité claire ne s’est dégagée.

En 1999, quand Séguin démissionne soudainement de la présidence du RPR peu de temps avant les élections européennes, Fillon soutient et seconde Nicolas Sarkozy, président par intérim, aux côtés de Roger Karoutchi, un autre séguiniste. L’échec de la liste RPR/DL aux élections européennes, arrivée derrière celle menée par Charles Pasqua et Philippe de Villiers, conduit le RPR à se réorganiser. Les 50 000 militants du mouvement gaulliste sont alors appelés pour la première fois à élire leur président. Bien qu’ayant d’abord apporté son soutien à Nicolas Sarkozy encore hésitant sur l’idée de concourir au poste, François Fillon décide finalement de se présenter à la présidence du parti. Sarkozy renonce finalement et Fillon se retrouve alors face à Jean-Paul Delevoye, Michèle Alliot-Marie et Patrick Devedjian. En réalisant le score honorable de 25 % des suffrages exprimés, Fillon est éliminé du second tour. Il apporte son soutien à Alliot-Marie qui est élue présidente du RPR. Il reste conseiller politique du RPR jusqu’en mars 2001.

À partir de 2000, grâce à Jérôme Monod, Fillon se rapproche de Jacques Chirac avec qui les rapports avaient toujours été froids et tendus comme ceux que Chirac avait entretenu avec Joël Le Theule. Sur le plan local, pour cause de cumul des mandats, Fillon ne se représente pas aux élections municipales à Sablé en mars 2001. Il laisse à son successeur UMP, Pierre Touchard, une ville où le taux de chômage est inférieur à 4 %, des quartiers rénovés, plus de 40 % de logements sociaux, une gare TGV reliant la petite ville à Paris et une centaine d’entreprises spécialisées principalement dans l’agro-alimentaire, l’électronique, la métallurgie et la transformation de plastique. Il garde un ancrage local en devenant président de la communauté de communes de Sablé. En tant que président du conseil régional des Pays-de-la-Loire, il soutient tout particulièrement une plus grande coopération avec son homologue breton Josselin de Rohan (entamée en 1990 par leurs prédécesseurs respectifs, Olivier Guichard et Yvon Bourges). Il milite ainsi pour la constitution d’un « Grand Ouest » réunissant les deux régions plutôt que le rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne. Dès juin 1999, les deux conseils régionaux sont réunis en une assemblée plénière à Rennes, tandis que les deux collectivités défendent ensemble des projets touchant le développement de leurs territoires respectifs, tels que la mise en place d’un « Pôle agro ouest » (structure de recherche commune dans le domaine de l’agroalimentaire), le lancement de programmes d’installation de réseaux de communication à haut débit, le choix de Saint-Nazaire comme l’un des sites d’assemblage du futur avion Airbus A3XX (devenu l’A380) ou encore le rapprochement des candidatures jusque là concurrentes pour le projet de LGV Ouest qui donne naissance à l’objectif commun d’une LGV Bretagne-Pays de la Loire7.

Au niveau national, aux côtés de Philippe Douste-Blazy, Alain Juppé et Nicolas Sarkozy, Fillon participe à la mise au point du programme électoral du président de la République pour la campagne présidentielle de 2002. Pour la première fois, le député de la Sarthe lui apporte son soutien politique dès le premier tour d’une campagne présidentielle. Contre l’avis d’Alliot-Marie, du président de Démocratie libérale Alain Madelin, et du président de l’UDF François Bayrou, Fillon se fait alors le chantre auprès de Jacques Chirac d’un grand parti unique présidentiel dont les prémices sont Alternance 2002 puis l’Union En Mouvement (UEM). Il rédige le discours de politique générale de Jacques Chirac pour la première convention de l’UEM dans lequel il prône la modernisation sociale de la France et la rupture. De septembre 2001 à mai 2002, Fillon effectue 76 déplacements en tant qu’animateur de la campagne de Jacques Chirac et s’appuie sur France.9 (France Point 9), un club de réflexion rassemblant le courant républicain (ex-séguiniste) travaillant sur des thèmes comme la bonne gouvernance et l’avenir de la France.

Au début de l’année 2002, François Fillon devient l’un des premiers ministrables aux côtés de Jean-Pierre Raffarin et Nicolas Sarkozy. Après le premier tour de l’élection présidentielle et la qualification de Jacques Chirac face à Jean-Marie Le Pen le 21 avril 2002, l’UEM est transformé en Union pour la majorité présidentielle (UMP).

Ministre des Affaires sociales des gouvernements Raffarin I et II (2002 – 2004)

La réélection de Jacques Chirac acquise le 5 mai 2002, c’est Jean-Pierre Raffarin qui est nommé Premier ministre dès le lendemain. Après avoir été proposé pour le poste de ministre des Finances au sein du deuxième gouvernement Raffarin, c’est finalement celui des Affaires sociales, du Travail et de la Solidarité qui échoit à François Fillon sur recommandation notamment de Nicole Notat, ancienne patronne de la CFDT et de Jérôme Monod. Bien que déçu, il relève le défi qui consiste à assouplir la loi sur les 35 heures, revenir partiellement sur la loi de modernisation sociale de 2002 et à réformer les retraites dont le régime général est déficitaire. Il devient également le numéro 3 du gouvernement Raffarin juste derrière Nicolas Sarkozy, ministre de l’intérieur. Il est par contre obligé de laisser sa place de président de conseil régional à Jean-Luc Harousseau, son premier vice-président. Il est également réélu député (dorénavant UMP) en juin 2002, dès le premier tour avec 55,21 % des voix avant de laisser son siège à son suppléant de 34 ans, Marc Joulaud.

Il mène alors la principale réforme de ce gouvernement : celle des retraites, par la loi Fillon (ou réforme Fillon), qu’il conduit jusqu’au bout, malgré le mécontentement d’une partie de l’opinion publique française. Il conduit également un assouplissement des 35 heures (en modifiant le calcul des heures supplémentaires). Selon La Tribune, il gagne des « galons d’homme d’écoute et de dialogue, une bonne connaissance des dossiers et l’estime des organisations syndicales »8.

Il mène également de front plusieurs réformes comme celles concernant les contrats jeune en entreprises pour les 16-22 ans sans qualification (en procédant à l’exonération des cotisations sociales pendant deux ans) ou l’harmonisation des 6 SMIC existants (dont le niveau est relevé pour 2/3 des bénéficiaires). Ces réformes passent sans encombres et la presse parle de la « méthode Fillon ». Le dialogue avec les leaders syndicaux se passe bien, notamment avec François Chérèque (CFDT) mais aussi Bernard Thibault (CGT) bien que les marges de manœuvre de ce dernier soient plus étroites. De nouveau premier-ministrable, François Fillon passe, du point de vue notamment méthodologique et pour sa discrétion, pour l’anti-Sarkozy au sein du gouvernement.

La réforme des retraites de 2003

Article détaillé : Loi Fillon (retraites).

Les grandes réformes sur les retraites de François Fillon ont lieu en 2003. Il passe deux ans à étudier les systèmes étrangers, notamment en compagnie de François Chérèque et de plusieurs responsables syndicaux, et multiplie les rencontres avec les associations et les experts concernés. Sa méthode est qualifiée de trop lente et trop timorée par ses adversaires au sein de l’UMP. Parallèlement, il annonce plusieurs initiatives comme le contrat initiative emploi, la création du Revenu minimum d’activité (RMA), le contrat d’insertion dans la vie sociale et un train de mesures pour favoriser l’emploi des plus de 45 ansKelly 4.

En 2003, il annonce la Loi Fillon pour réformer les retraites, consistant à repousser l’âge de départ à la retraite, augmenter les cotisations et favoriser l’épargne individuelle. Comme attendu, elles sont mal acceptées par les fonctionnaires qui manifestent en masse le 13 mai 2003. Fillon reprend les négociations. Partisan d’une ligne sans concession, il doit à contrecœur lâcher du lest sur la gestion des longues carrières à l’initiative de Jean-Pierre Raffarin afin de parvenir à un accord avec 5 des 8 syndicats, dont la CFDT, le 15 mai. La CGT et FO, majoritaires dans la fonction publique et hostiles à l’accord tentent des actions pour contrer l’harmonisation entre le secteur public et le secteur privé. Le 25 mai, une manifestation de grande envergure, composée notamment d’enseignants et de cheminots défile à Paris. Le soir même, Fillon déclare à la télévision qu’il ne rouvrira pas les discussions. La réforme reste incomplète cependant à son grand dam car l’inégalité demeure avec les régimes spéciaux de retraite mais son projet de loi est adopté le 24 juillet 2003 par le Parlement après avoir fait l’objet du deuxième plus long débat parlementaire (19 jours, 155 h. de discussions) après celui sur la presse en 1983. Dorénavant, pour bénéficier d’une retraite à taux plein, la loi prévoit l’allongement à 40 années d’activités pour tout le monde en 2008, 41 ans en 2012 et 42 ans en 2020.

La canicule de 2003

La crise de la canicule européenne de 2003 occulte l’aboutissement de sa réforme. Il prend en charge le problème dès le 12 août avec Hubert Falco, son secrétaire d’état aux personnes âgées, et est le premier membre du gouvernement à reconnaître les dysfonctionnements de l’État, ce qui lui attire de sévères critiques de Jean-Pierre Raffarin à la recherche d’un bouc émissaire. Les médias finalement ne s’en prennent pas à Fillon, mais à Raffarin lui-même et au ministre de la Santé, Jean-François MattéiKelly 5. Il apporte un soutien réservé au projet du Premier ministre consistant à rendre travaillé un jour férié et les difficultés de communication s’enchaînent alors avec Jean-Pierre Raffarin. Celui-ci voit d’ailleurs en Fillon un concurrent ambitieux qui cherche à reprendre son poste, d’autant plus que le président Chirac pousse Fillon à répondre aux « provocations » de Nicolas Sarkozy.

L’alternative potentielle à Nicolas Sarkozy

Alors que Nicolas Sarkozy propose d’instituer la discrimination positive, Fillon s’y oppose en déclarant qu’elle est « techniquement, juridiquement et politiquement inconcevable ». Il se déclare aussi choqué de la précocité avec laquelle, moins de deux ans après une élection présidentielle, Nicolas Sarkozy a fait savoir qu’il était intéressé à reprendre le poste.

François Fillon déclare plus tard avoir été instrumentalisé par Jacques Chirac lorsqu’il se rend compte, à la fin de l’année 2003, que son train de réformes est gelé et que, notamment, sa réforme de l’ANPE et de l’UNEDIC, qu’il estime fondamentale, est refusée par le président de la République. Il refuse alors de poursuivre l’acharnement contre Nicolas Sarkozy quand celui-ci se présente pour succéder à Alain Juppé à la présidence de l’UMP. Son revirement est quasi-officiel quand il récuse le « tout sauf Sarkozy » dans une interview au journal Le Parisien le 12 février 2004 et reconnaît la légitimité de ce dernier à être candidat à l’élection présidentielle. Ce rapprochement avec Sarkozy, que Fillon justifie par la nécessité de conclure des alliances pour progresser, lui vaut alors l’hostilité des chiraquiens en général et de Jean-Pierre Raffarin, potentiel candidat à la présidence de l’UMP, et de Jérôme Monod en particulier. Fillon impose néanmoins ses conditions à Nicolas Sarkozy pour officialiser cette alliance et relance son association France.9. Il exige du candidat à la présidence de l’UMP que ce dernier accepte en son sein l’existence de différences mouvances politiques. Au final, Fillon est intégré dans la nouvelle équipe dirigeante proposée par Nicolas Sarkozy pour prendre en charge le projet de réforme des statuts de l’UMP et il participe à leur premier meeting commun à Bourges le 7 octobre 2004Kelly 6. Le 28 novembre 2004, Nicolas Sarkozy est élu président de l’UMP par 85,1 % des militants et François Fillon devient conseiller politique de l’UMP. Désormais, il est ignoré par Jean-Pierre Raffarin lors de ses interventions publiques. La discorde entre les deux hommes ne faiblira pas alors que Jacques Chirac se montre plus conciliant du fait de la fidélité réaffirmée de Fillon envers ce dernier.

Défaite aux élections régionales de 2004

C’est aussi durant l’année 2004 que François Fillon connaît son premier échec électoral en 23 ans de carrière. Le ministre des Affaires sociales est la tête de liste UMP en Pays de Loire lors des élections régionales de mars 2004. François Fillon, qui avait dû céder la présidence de la région à un fidèle en 2002, était resté néanmoins très présent. En 2003, il avait lancé le pôle santé Sarthe et Loir au Bailleul pour favoriser la venue de spécialistes de toutes disciplines pour que les habitants soient mieux pris en charge sur le plan médicalKelly 7.

Dans un contexte général maussade pour la droite, la région Pays de Loire est ainsi considérée comme imprenable par la gauche d’autant plus que Fillon noue ses alliances avec Philippe de Villiers (MPF) en Vendée, avec Jean Arthuis (UDF) en Mayenne et Roselyne Bachelot en Maine-et-Loire.

Au soir du premier tour, le 21 mars 2004, la liste conduite par François Fillon arrive en ballotage favorable face à la liste de gauche conduite par Jacques Auxiette alors qu’au plan national, le résultat ressemble à une déroute pour la droite y compris dans ses bastions autrefois traditionnels comme l’Île-de-France, la région Provence-Alpes-Côte d’Azur ou la région Auvergne. Les sondages et les calculs restent tellement favorables à Fillon que son adversaire socialiste, Jacques Auxiette, reconnaît ne pas croire au basculement à gauche de la régionKelly 8.

Pourtant, le 28 mars 2004, la région Pays de la Loire bascule à gauche par 52,35 % des voix contre 47,65 % à la liste de la majorité9. Le choc est d’autant plus rude pour François Fillon que c’est son département, la Sarthe, qui provoque son échec (la Vendée, la Mayenne et le Maine et Loire ont voté majoritairement pour sa liste alors que dans la Sarthe il ne recueille que 46,30 % des suffrages). Pire, pour lui, les résultats des élections cantonales dans le département de la Sarthe sont aussi favorables à la gauche (même si le département conserve sa majorité de droite). Enfin, affront final, sa propre circonscription vote pour son adversaire socialiste.

Le 28 mars au soir, sur la chaîne de télévision TF1, il annonce lui-même sa défaite alors que les résultats ne sont pas définitifs, en parlant de « 21 avril à l’envers », formule qui lui est ensuite reprochée par Jacques Chirac et les chiraquiens, et précise également que l’« on ne peut pas réformer sans avoir le soutien du peuple ». Lors d’une conférence de presse dans la soirée, commentant les résultats nationaux, il dit espérer que « le président de la république en tirera les enseignements »Kelly 9. Au niveau national, seules l’Alsace et la Corse restent à droite.

Cette défaite le retire de la liste des premiers ministrables même si, selon lui, elle ne traduit pas un rejet de la politique sociale du gouvernement mais une impatience face aux changements trop lents à se mettre en place. Mais ce constat n’est pas celui de Jacques ChiracKelly 10.

Ministre de l’Éducation nationale dans le gouvernement Raffarin III (2004 – 2005)

Le 1er avril 2004, François Fillon fait partie du gouvernement remanié de Jean-Pierre Raffarin. Alors que Nicolas Sarkozy est nommé aux Finances, François Fillon est nommé ministre de l’Éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche. Il se déclare déçu par ce transfert car il espérait, depuis toujours, le portefeuille de la Défense. Encore numéro 3 du gouvernement, il en sera le numéro 2 après le départ de Nicolas Sarkozy en novembre 2004.

Par ailleurs, le 26 septembre 2004, il est élu au Sénat mais laisse son siège à son suppléant Jean-Pierre Chauveau.

Obéissant aux souhaits présidentiels, Fillon met un terme à certains dossiers chauds dont il hérite comme la réforme de la recherche en cédant aux revendications des syndicats.

Il décide d’orienter son action autour de 3 priorités : l’apprentissage des fondamentaux en primaire, la lutte contre l’échec scolaire et la réussite des élèves en zones défavorisées. Il lui revient aussi de rédiger une énième et dernière version de la circulaire sur les signes religieux à l’école. Sa prudence voire sa transparence lui est encore reproché alors que le Premier ministre le considère comme « le maillon faible du gouvernement »Kelly 11.

À la rentrée scolaire de 2004, il peut néanmoins se féliciter du respect de la circulaire sur le voile islamique et du succès rencontré par son projet d’acquisition d’ordinateurs à un euro par jour par les étudiants.

Son grand projet pour l’école est présenté le 18 novembre 2004. Il déclenche une vague de mécontentement social. Ce projet prévoit l’enseignement d’une langue vivante dès le CE2, un nouveau baccalauréat combinant contrôle continu et un nombre d’épreuves finales ramenées de 12 à 6, la suppression des travaux personnels encadrés, un brevet obligatoire pour les classes de troisième et la réhabilitation du redoublement. C’est la refonte du bac qui cristallise les mécontentementsKelly 12. Le texte est très vite édulcoré sous la pression de l’Élysée et le projet de la Loi Fillon est présenté le 12 janvier 2005. Il est critiqué par le conseil supérieur de l’éducation, et les manifestations se multiplient contre la réforme du bac à laquelle s’agglutinent d’autres revendications comme celles sur le pouvoir d’achat. Les lycéens se joignent aux professeurs alors que de nombreux amendements sont entérinés. Celui-ci est seul en première ligne et le seul soutien qu’il reçoit publiquement est celui de Nicolas Sarkozy, président de l’UMP, avant que Jacques Chirac ne le soutienne concrètement. Ce dernier conseille néanmoins à son ministre de lâcher du lest. Le 10 février 2005, plus de 100 000 lycéens défilent dans les rues contre la réforme du bac. Le soir même, Fillon annonce la suspension de celle-ci pour sauver le reste de son projet. Pourtant, les manifestations continuent en exigeant le retrait total de toute la réforme Fillon. La loi est finalement votée, puis Fillon annonce qu’il ne rouvrira pas le débat. En avril, face aux casseurs et aux blocages de lycées de plus en plus nombreux, il envoie les CRS dans les établissements scolaires et déclare « À chaque blocage de lycée, il y aura déblocage ». Le mouvement perd rapidement alors en intensité, assurant la réussite de François Fillon. Le 22 avril 2005, le conseil constitutionnel censure deux articles clés de sa loi pour des problèmes de forme, celui définissant les missions de l’école et celui approuvant les orientations et objectifs. Les deux articles sont par la suite entérinés sous forme de décrets.

Une fois l’épreuve de sa réforme passée, François Fillon participe à la campagne référendaire sur le Traité constitutionnel européen qu’il approuve parce que, selon lui, il vient combler les lacunes du Traité de Maastricht. Cependant, le 29 mai 2005, le « non » l’emporte par 54,67 % des suffrages10. La Sarthe de François Fillon a également voté « non » à 57 %.

Après le « non », Jean-Pierre Raffarin démissionne de son poste de Premier ministre le 30 mai. Le chef de l’État choisit Dominique de Villepin pour succéder à Raffarin et demande à Nicolas Sarkozy de revenir au gouvernement, tout en restant président de l’UMP.

Soutien à Nicolas Sarkozy et préparation de la campagne présidentielle (2005 – 2007)

Le 1er juin, le nouveau Premier ministre consulte pour constituer son équipe gouvernementale. François Fillon n’est pas contacté ni invité à se rendre à Matignon. Pour lui, la mise à l’écart du numéro 2 du gouvernement sortant par l’Élysée et Matignon n’est rien de moins qu’un affront. C’est par un coup de téléphone de Jacques Chirac qu’il apprend qu’« il n’y a pas de place » pour lui au gouvernement. La formule employée est ressentie comme une humiliation pour le ministre et un désaveu explicite. C’est alors, que peu de temps après, il déclare à un journaliste du Monde qu’il est le seul à avoir mené neuf réformes législatives (dont les réformes portant sur le RMI, les retraites ou les 35 heures) et que lorsque le bilan du mandat de Chirac sera fait, « on ne se souviendra de rien, sauf de [ses] réformes »11, propos qu’il nuancera plus tard comme celui d’« un accès de colère et de vanité12 ». Il avait auparavant déclaré : « Il y a ceux qui se font mousser devant les caméras tous les soirs, et puis il y a ceux qui font les réformes dont on parlera encore dans vingt ans13. »

Il prévient dès lors qu’il va « s’investir à fond dans l’UMP, préparer les échéances futures pour Nicolas Sarkozy en 2007 » et qu’en le refusant dans le nouveau gouvernement, on a fait de lui « un directeur de campagne avant l’heureKelly 13 ».

Les propos de Fillon font mouche dans la classe politique peu habituée à ces emportements de quelqu’un perçu comme « gentil », pondéré, voire en retrait. C’est le discours de la rupture définitive avec Jacques Chirac. Une entrevue houleuse a lieu avec Dominique de Villepin. Fillon conteste plus la forme que le fond de son éviction. Il se sent injustement puni, bouc émissaire des manifestations massives contre ses réformes des retraites et de l’école mais aussi pour son rapprochement politique avec Nicolas SarkozyKelly 14.

Il retourne alors sur ses terres à Sablé et se fait élire de nouveau sénateur le 18 septembre 2005. Conseiller politique du président de l’UMP, il se réfugie aussi un temps dans l’écriture et publie ses réflexions et ses idées dans un ouvrage intitulé La France peut supporter la vérité à l’automne 2006. La phrase « La France peut supporter la vérité » (reprise de Pierre Mendès France) devient son mot d’ordre14 et sa ligne politique : « dire la vérité aux Français ». En avril 2006, il dit : « Plus il y a d’impôts, moins il y a d’emplois15. » Il est souvent qualifié de « gaulliste social16 ».

Parallèlement, il participe durant 2 ans à la mise au point du programme de l’UMP en vue de l’élection présidentielle de 2007, participant à de nombreuses conventions thématiques. Aux côtés notamment d’Emmanuelle Mignon, il va travailler sur le programme de l’UMP qui sera présenté lors de l’élection présidentielle. Sur les deux cents propositions émises par les groupes de réflexion qu’il coordonne, trente d’entre elles sont retenues et constituent la colonne vertébrale du projet de l’UMPKelly 15. Bien qu’il n’apparaisse pas dans l’organigramme officiel de campagne de Nicolas Sarkozy, Fillon devient l’un de ses collaborateurs principaux aux côtés de Claude Guéant, le directeur de la campagne présidentielle, et de David Martinon, le chef de cabinet du candidat à la présidence de la République française.

En septembre 2006, sans consulter Nicolas Sarkozy, François Fillon commence à s’impliquer concrètement dans les médias et annonce qu’en cas de victoire de ce dernier, les régimes spéciaux de retraites seront réformés dès le début de la législature. Si ces propos provoquent un tollé dans la classe politique et chez les syndicats, ils sont approuvés par Nicolas Sarkozy et par l’opinion publiqueKelly 16. En 2007, il déclare : « La division est toujours nuisible17. »

Premier ministre sous la présidence de Nicolas Sarkozy (2007-2012)

Gouvernement Fillon I

François FILLON, un candidat solide à la présidence de l'UMP dans France 220px-Fillon-181207

magnify-clip dans La une

François Fillon à l’Assemblée nationale, le 18 décembre 2007.

Le 6 mai 2007, Nicolas Sarkozy est élu président de la République avec 53,06 % des suffrages contre 46,94 % pour la candidate PS Ségolène Royal. François Fillon est parmi les proches et intimes du nouveau président qui célèbrent le soir-même la victoire par un diner au Fouquet’s, et plus tard, est sur la scène dressée place de la Concorde devant 30 000 personnes venues célébrer la victoire.

Le 17 mai 2007, un communiqué de l’Élysée annonce la nomination de François Fillon au poste de Premier ministre. À 53 ans, il est le 19e Premier ministre de la Ve République. Le sondage réalisé par l’institut CSA-Cisco indique que 54 % des Français sont satisfaits de ce choixKelly 17.

La passation des pouvoirs avec le Premier ministre sortant Dominique de Villepin a lieu le 18 mai. Fillon compose son cabinet et nomme l’ancien préfet de Vendée et ancien directeur de cabinet aux Affaires sociales, Jean-Paul Faugère, comme directeur de cabinet à Matignon. Sa première journée est médiatiquement marquée par le jogging qu’il effectue à 12 h 45 avec le président de la République au bois de Boulogne marquant l’arrivée d’un style nouveau et plus décontracté à l’Élysée et à MatignonKelly 18. Il déclare : « Ce sera un gouvernement libre, mais qui mettra en œuvre scrupuleusement le projet18. »

Pour la formation du gouvernement, il pousse les nominations de Roselyne Bachelot, de Laurent Wauquiez et de Roger Karoutchi. Le premier gouvernement Fillon est resserré autour de 15 ministres et marqué par une parité au niveau des ministres (8 hommes et 7 femmes) – mais moins au niveau des secrétaires d’État. Le ministère de l’Économie, des Finances et de l’Industrie (« MINEFI » ou « Bercy ») est scindé en deux, avec d’un côté le ministère de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi et de l’autre le ministère du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique. Enfin, ce premier gouvernement est marqué par une ouverture politique vers des personnalités venues du centre (Hervé Morin, alors membre de l’UDF), du Parti socialiste (Bernard Kouchner et Eric Besson sont deux ex-membres du PS, l’un exclu après l’élection, l’autre pendant la campagne), de la gauche (Jean-Pierre Jouyet) et de la société civile (Martin Hirsch). Cette ouverture envers des individualités de l’opposition n’est d’ailleurs pas une première, puisque Michel Rocard, en 1988, avait tenté une opération similaire, mais uniquement avec des centristes. Le second gouvernement Fillon confirmera ces choix, mais avec une équipe élargie.

À peine 48 heures après sa nomination, François Fillon revient à Sablé, où il se recueille devant la tombe de Joël Le Theule, à qui il rend hommage avant de lancer la campagne des élections législatives. Il s’implique totalement dans la campagne nationale, et est élu député dès le premier tour de la 4e circonscription de la Sarthe le 10 juin 2007 avec 53,40 % des voix. Cependant, ses déclarations, entre les deux tours de l’élection, qui suivent celles de Jean-Louis Borloo sur l’ouverture du chantier de la TVA sociale, voire de l’augmentation de la TVA de 5 points afin de financer la protection sociale, coûtent quelques sièges de députés à l’UMP, qui obtient néanmoins 320 des 577 sièges, soit la majorité absolue.

Gouvernement Fillon II

Article connexe : Politique gouvernementale du deuxième gouvernement Fillon.
220px-Flickr_-_europeanpeoplesparty_-_EPP_Congress_Warsaw_%28225%29 dans Politique

magnify-clip

François Fillon au congrès du PPE à Varsovie, le 29 avril 2009.

220px-Dmitry_Medvedev_with_Fran%C3%A7ois_Fillon_14_Septembert_2009-3

magnify-clip

François Fillon et le président de la Fédération de Russie Dmitri Medvedev, le 14 septembre 2009.

Dès l’été 2007, les premières mesures du gouvernement semblent indiquer une diminution du rôle même de Premier ministre, Nicolas Sarkozy semblant vouloir prendre en main directement les dossiers avec les ministres, y compris médiatiquement. Les observateurs de gauche et de droite parlent assez rapidement d’« hyper-présidence »19. Les proches de Fillon soulignent que cette discrétion de sa part est conforme à chacune de ses entrées en fonction. Par ailleurs, le nouveau chef du gouvernement lui-même fut durant les années 2000 partisan de la présidentialisation de la Ve République et évoquait déjà en 2000, dans le cadre d’une large réforme constitutionnelle, la suppression du poste de Premier ministreKelly 19. La presse pose la question du rôle de François Fillon (« qui gouverne ? »20). Ses déplacements à Bruxelles au sommet du Parti populaire européen passent inaperçus dans les médias tout comme ses rencontres avec José Manuel Durão Barroso (président de la Commission européenne), Hans-Gert Pöttering (président du Parlement européen) et enfin Jean-Claude Juncker (président de l’Eurogroupe), alors que Nicolas Sarkozy monte en première ligne sur les dossiers brûlants comme celui de la restructuration d’Airbus ou la relance de la réforme constitutionnelle européenne. Fillon doit aussi supporter les déclarations des conseillers de l’Élysée, tels que Henri Guaino ou Claude Guéant. Ainsi, la veille du discours de politique générale du Premier ministre à l’Assemblée nationale, le 2 juillet 2007, le secrétaire général de l’Élysée, Claude Guéant, dévoile dans le journal La Tribune une partie de la déclaration que François Fillon doit effectuer21. Le lendemain, François Fillon prononce son discours, dans lequel il annonce notamment sa volonté de moderniser les institutions et se porte garant de la rupture sarkozienneKelly 20. Il obtient la confiance de 321 députés contre 224.

Plusieurs différends surgissent durant l’été 2007 entre François Fillon et l’équipe élyséenne. Il est ainsi désavoué quand il envisage l’extension du service minimum à tous les services publics, y compris l’éducation nationale. Il renâcle publiquement quand il est qualifié de « collaborateur » par Nicolas Sarkozy lors d’un déjeuner de celui-ci avec la presse quotidienne régionale le 21 août 2007. Enfin, il contrarie le président en annonçant que la réforme des régimes spéciaux est prête et n’attend plus que le feu vert de l’Élysée[réf. nécessaire]. La pacification des relations toujours franches entre les deux hommes reprend cependant rapidement. Le 21 septembre 2007, il déclare que la France est en « état de faillite » ; Henri Guaino estimera le terme inadapté. Le 15 janvier 2008, il fait au cours de sa séance de vœux aux journalistes une allusion à la précédente conférence de presse de Nicolas Sarkozy et déclare qu’il répondra aux questions qu’il va « se poser [lui]-même22 ».

François Fillon, conformément à la tradition inaugurée sous de la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, est décoré de la Grand croix de l’Ordre national du mérite par le président Nicolas Sarkozy, à l’issue du Conseil des ministres du 21 novembre 2007. Les premières semaines de l’année 2008 apparaissent pour lui comme une période de relatif état de grâce dans l’opinion, alors qu’il dépasse pour la première fois largement Nicolas Sarkozy dans les sondages de popularité23, y compris parmi l’électorat traditionnel de l’UMP24. Cette situation, sans précédent dans la Ve République en début de mandat d’un Président25 suscite des analyses politiques diverses, y compris hors de France26. Cette « avance » est conservée une partie de l’année 200827.

Au printemps 2008, les relations entre Sarkozy et Fillon semblent à nouveau se tendre du fait de la constitution par l’Élysée d’un groupe des sept ministres chargés de relayer la parole présidentielle28,29.

Le 16 juillet 2010, alors que la France doit réduire de cinq points son déficit public en trois ans, il évoque pour la première fois une politique de « rigueur », à laquelle échappent « le budget de l’enseignement supérieur et de la recherche »30, précisant quelques jours plus tard qu’il s’agit d’une « politique de rigueur s’agissant de la dépense » et non pas « une politique économique de rigueur »31. À l’automne 2010, alors que le ministre du Travail Éric Woerth est affaibli par l’affaire Bettencourt, il reprend la main sur la réforme des retraites32. Par ailleurs, confirmant selon l’opposition l’existence de certaines pratiques concernant l’Affaire Woerth-Bettencourt, les services de Matignon rappellent début novembre au Ministère de l’Intérieur les principes encadrant les écoutes de journalistes, François Fillon affirmant à l’Assemblée : « L’intérêt national commande [l'action des services de renseignement] dans le strict respect des libertés publiques »33.

Fin juin, Le 30 juin 2010, le députe UMP Yannick Favennec annonce sur Twitter un remaniement pour octobre 201034. Il s’ensuit une compétition entre plusieurs candidats supposés au remplacement de François Fillon, en particulier Jean-Louis Borloo et Michèle Alliot-Marie, tandis que le 3 novembre, l’hôte de Matignon fait implicitement savoir qu’il souhaite rester à la direction du gouvernement en vantant son bilan social et en affirmant : « Je crois à la continuité de notre politique réformiste parce qu’on ne gagne rien à changer de cap au milieu de l’action et parce que le redressement de la France réclame de la durée »35.

Gouvernement Fillon III

220px-Francois_Fillon_IMG_3362

magnify-clip

François Fillon au 6e Forum mondial de l’eau, à Marseille, le 12 mars 2012.

Sa démission est acceptée le 13 novembre 2010 au soir par le président de la République36 qui le reconduit à son poste le lendemain. Le nouveau gouvernement, composé de 31 membres, signe le retour d’Alain Juppé et de Xavier Bertrand, ainsi que le départ de plusieurs ministres, dont Éric Woerth et plusieurs personnalités d’« ouverture », comme Bernard Kouchner, Jean-Marie Bockel ou Fadela Amara ; il est qualifié de gouvernement « estampillé RPR » par l’opposition et une partie des élus du Nouveau Centre et du Parti radical, qui s’estiment lésés avec le départ de Hervé Morin37, de Jean-Louis Borloo et de plusieurs des leurs, et ce malgré la nomination de Michel Mercier au ministère de la Justice et l’arrivée de Maurice Leroy au ministère de la Ville38. Pour la presse française et étrangère, ce changement de gouvernement marque un « rééquilibrage des pouvoirs au profit du Premier ministre »39,40,41. Le 24 novembre 2010, le Premier ministre tient un discours de politique générale à l’Assemblée nationale, dans lequel il affirme que « l’impopularité d’un jour peut devenir l’estime du lendemain » ; lors du vote de confiance qui suit cette déclaration, le nouveau gouvernement obtient la confiance de 326 députés contre 22642. Certains commentateurs présentent alors François Fillon comme un « hyper-Premier ministre », formule que celui-ci juge immédiatement « dérisoire »43.

Ce gouvernement subit un remaniement le 27 février 2011, sa nouvelle composition étant annoncée par Nicolas Sarkozy lors d’une allocution télévisée. Au poste de ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé remplace Michèle Alliot-Marie, mise en cause dans les médias pour ses vacances en Tunisie fin décembre 2010 dans le contexte d’une révolte populaire qui allait renverser le président Ben Ali au mois de janvier 2011, tandis qu’à l’Intérieur, Claude Guéant remplace Brice Hortefeux. Ce même mois de février 2011, François Fillon n’échappe pas à une polémique, en indiquant avoir été invité à Noël 2010 par le président égyptien Moubarak pour passer une semaine de vacances en famille aux frais de l’État égyptien44. Lors de ce voyage, il s’était rendu à la cathédrale d’Assouan pour manifester la solidarité de la France vis-à-vis de la communauté copte d’Égypte, visée par un attentat à Alexandrie pendant la nuit du Nouvel An45, les protestations consécutives à cet attentat constituant un prélude aux émeutes nationales amenant au départ du président Moubarak, le 11 février 2011.

À la suite du premier tour des élections cantonales de mars 2011, qui ont vu une poussée du Front national, il défend l’instauration d’un « Front républicain » contre le FN en se démarquant des responsables UMP Jean-François Copé et Xavier Bertrand mais aussi, selon certains observateurs, de Nicolas Sarkozy, en déclarant : « En cas de duels PS-FN, il faut voter contre le FN »46.

Le 24 août 2011, le Premier ministre, lors d’une conférence de presse tenue à l’hôtel Matignon, présente un plan d’économies de 12 milliards d’euros pour 2011 et 2012, afin de compenser le ralentissement de la croissance économique. Il annonce notamment l’instauration d’une taxe exceptionnelle sur les revenus fiscaux supérieurs à 500 000 euros par an, une modification de la taxation des plus-values immobilières, une hausse des prélèvements sociaux sur les revenus du capital, l’augmentation des prix du tabac, de l’alcool, des boissons avec des sucres ajoutés47.

En octobre 2011, François Fillon annonce sa décision de quitter la Sarthe de sorte à présenter sa candidature aux élections législatives à Paris, en 201248

Le 22 février 2012, il est chargé d’exercer les fonctions de ministre de l’Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement du fait de la démission de Nathalie Kosciusko-Morizet nommée porte-parole de Nicolas Sarkozy.

Le 10 mai 2012, à la suite de la victoire de François Hollande à l’élection présidentielle, il remet la démission de son gouvernement au président Nicolas Sarkozy, qui le charge d’expédier les affaires courantes jusqu’à la nomination de son successeur. Le 15 mai 2012, Jean-Marc Ayrault lui succède en devenant le nouveau Premier ministre.



Top 10 des casseroles et gaffes du gouvernement Ayrault

Top 10 des casseroles et gaffes du gouvernement Ayrault

Top 10 des casseroles et gaffes du gouvernement Ayrault

Héros de la « République exemplaire » pendant la campagne, favorable à une loi sur la « moralisation de la vie politique », François Hollande s’est malgré tout entouré d’une équipe de ministres et de secrétaires d’Etat qui trainent casseroles, boulettes et autres gaffes. Top 10.

1/ Jean-Marc Ayrault, le cumulard condamné :
A tout seigneur, tout honneur. Le Premier des ministres, Jean-Marc Ayrault, est le roi du cumul des mandats. Respirez un grand coup et lisez plutôt : Premier ministre, maire de Nantes, président de Nantes Métropole, député de la 3e circonscription de Loire-Atlantique, président du groupe Socialiste, radical, citoyen et divers gauche à l’Assemblée nationale française. Ouf. Épinglé par Le Monde sur le sujet, il avait déclaré « assumer pleinement » même s’il reconnaissait que la limitation du cumul des mandats allait « dans le sens de l’histoire ».

Autre casserole, que la droite s’était empressée d’exploiter quand le nom de Jean-Marc Ayrault a été évoqué pour le poste de Premier ministre, sa condamnation en 1997 à six mois de prison avec sursis et 30 000 francs (4 600 euros) d’amende, pour des faits de favoritisme dans l’attribution d’un marché public. « Ma probité personnelle n’a jamais été mise en cause. Il n’a jamais été question d’enrichissement personnel ou de financement politique »(…) « C’est une affaire qui ne me concernait pas intuitu personae, mais que j’ai assumée en tant que maire », a déclaré le principal interessé. Et de conclure : « C’était il y a quinze ans. Je n’ai jamais rien caché, surtout pas aux Nantais, qui m’ont depuis réélu deux fois. » Aucun appel n’en ayant été fait, la réhabilitation est effective dix ans plus tard, en 2007.

2/ Delphine Batho et son loyer modéré
108 m2 pour 1 524 euros par mois à Paris. Soit, très en dessous des prix du marché. Ce prix comprend un surloyer censé équilibrer la situation. Selon la député PS à l’indemnité mensuelle de 7 000 € brut, elle n’habite pas dans un logement social mais dans un « logement intermédiaire pour les salariés de catégorie moyenne, comme le système du 1% patronal ». Pour cette raison, la nouvelle ministre déléguée a la Justice, a toujours refusé de quitter ce logement au loyer très avantageux.

3/ Manuel Valls et le manque de « white » à Evry
En juin 2009, Manuel Valls n’est pas encore ministre de l’intérieur mais maire d’Evry en banlieue parisienne. Il se balade sur une brocante de sa ville avec Christian Gravel, son directeur de cabinet et directeur de la communication à la mairie : « Belle image de la ville d’Evry… Tu me mets quelques blancs, quelques whites, quelques blancos », déclare t-il. Avant d’expliquer sa phrase ambigüe à une journaliste politique qui paraît tout à fait « normale » :

 4/ Arnaud Montebourg et le principal défaut de Ségolène Royal

En 2007, Arnaud Montebourg est porte-parole de Ségolène Royal, candidate à l’élection présidentielle. Quand Ariane Massenet lui demande quel est le principal défaut de sa candidate il répond : « Ségolène Royal n’a qu’un seul défaut, c’est son compagnon ». A l’époque François Hollande, premier secrétaire du PS. Il y a fort à parier que depuis que celui-ci l’a nommé ministre du Redressement productif, il lui trouve au moins quelques qualités.

 5/ Pierre Moscovici et le droit à l’image ou l’histoire de l’arroseur arrosé :

« Pierre Moscovici a décidé d’entamer une procédure judiciaire à l’encontre des magazines Voici et Elle, suite à la publication d’articles et de clichés portant gravement atteinte à l’intimité de sa vie privée et à son droit à l’image dans les parutions de ce week-end », déclarait son avocate en juillet 2011 après que ces magazines ont publié des photos le montrant avec sa compagne. Ironie de l’histoire, Pierre Moscovici, aujourd’hui ministre de l’Économie et des Finances, a lui même été condamné en décembre 2001, pour atteinte au droit à l’image à une amende de 1 220 euros. Lors de la campagne pour les municipales dans sa ville de Montbéliard, il est attaqué par un employé municipal qui lui reproche d’avoir utilisé son image sur une brochure de campagne sans son accord.

6/ Cécile Duflot, une écolo qui prend le train, surtout quand elle est filmée :
En janvier 2010, Cécile Duflot prend le train pour aller au sommet de Copenhague sur le climat. Elle se vante devant les caméras qui l’accompagnent : « Vous ne me verrez jamais dans un avion lorsqu’il m’est possible de prendre le train. » Un voyage de 15 heures bon pour la planète. Problème, pour le voyage retour elle avait décidé de prendre l’avion, sans caméra cette fois-ci. En effet, la nouvelle ministre de l’Égalité des territoires et du Logement, devait parler au journal de 13h de France 2 le même jour. Et avait donc préféré l’avion alors qu’un train partant le matin de Copenhague l’aurait déposée le soir à Paris. Entre écologie et présence médiatique, il faut parfois choisir…

7/ Christiane Taubira condamnée pour licenciement injustifiée :
En septembre 20045, Christiane Taubira, nouvelle ministre de la Justice, est condamnée par le conseil des prud’hommes de Paris pour « licenciement injustifié » et « rupture de CDD abusive ». Alors députée de Guyane, elle avait été attaquée par son attachée parlementaire entre octobre 2002 et avril 2003. Ses deux CDD avaient été requalifiés en CDI. Christiane Taubira avait dû verser 5 300 euros à son ex-attachée parlementaire.

8/ Valérie Fourneyron préfère Roland Garros aux questions au gouvernement
L’affaire, racontée par le Petit Journal, pourrait se résumer ainsi : la député-maire de Rouen défend le monopole à l’Assemblée Nationale de la Française des Jeux lors des discussions sur l’ouverture à la concurrence des jeux d’argent et de hasard en ligne en 2009. Elle dépose ou co-dépose 310 amendements en ce sens. Ascenseur renvoyé quand elle est surprise dans une loge de… la Française des Jeux à Roland Garros alors que se tient à l’Assemblée les questions au gouvernement. Un bel échange de fond de court.

9/ Jérome Cahuzac vote le plan d’austérité du gouvernement Fillon
Le nouveau ministre délégué chargé du Budget a commis une boulette en votant le plan d’austérité du gouvernement Fillon en septembre 2011. Mieux, à cause de lui, le député de Corrèze François Hollande, qui lui avait confié sa procuration, a aussi voté pour. « Une erreur »  selon Cahuzac. Une erreur d’autant plus voyante qu’à part le gaffeur, tout le groupe socialiste avait voté « contre ».

10/ Yamina Benguigui, championne de l’absentéisme
L’adjointe au maire de Paris chargée de la lutte contre les discriminations est réputée pour son absentéisme. En mai 2010, un papier du Monde.fr notait qu’en 44 séances, l’adjointe avait été absente 10 fois. Elle était alors qualifiée par le « journal de référence » de « championne de l’absentéisme ».



12345...18

brest2008terresetmersdebret... |
Commune de GODEWAERSVELDE |
syndicalisme |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LA GRIPPE PORCINE
| Kevin Long Production
| animaux