EXCLUSIF. Sarkozy tiendra un « Twitter meeting » d’ici à mi-avril

Nicolas Sarkozy tiendra en avril un "Twitter meeting" et abordera les questions liées à la jeunesse, l'emploi, la formation, l'université. Nicolas Sarkozy tiendra en avril un « Twitter meeting » et abordera les questions liées à la jeunesse, l’emploi, la formation, l’université. © Thomas Coex / AFP

Dans les prochains jours, Nicolas Sarkozy tiendra meeting sur Twitter. La date de l’événement n’est pas encore calée, mais c’est une certitude : le « Twitter meeting » aura lieu d’ici au premier tour du scrutin, le 22 avril. Valérie Rosso-Debord, députée de Meurthe-et-Moselle, annoncera elle-même la date du rendez-vous à l’occasion du grand rassemblement des jeunes autour du candidat UMP qui se tient samedi au parc des Expositions de la porte de Versailles, à Paris. C’est elle qui avait proposé l’idée à Nicolas Sarkozy le 14 mars lors d’une réunion de parlementaires. « Le président a accepté l’idée d’emblée. Un tel événement cible en priorité les étudiants et les jeunes actifs », se réjouit la députée, qui est l’une des « tweeteuses » les plus actives de l’UMP. L’équipe de campagne du candidat travaille à l’organisation de l’événement. « Il y aura un événement sur Twitter. La forme reste encore à définir », réagit-on au QG de Nicolas Sarkozy.

En attendant, une formule tient la corde. Le président sortant donnerait un rendez-vous à ses 141 156 abonnés (« followers » dans le jargon de Twitter) et s’exprimer via une succession de mini-messages de 140 signes sur la plate-forme de micro-blogging en faisant la part belle aux questions liées à la jeunesse, l’emploi, la formation, l’université. Les « followers » pourront intervenir et poser des questions au candidat.

Mobilisation des « twittos » en région

Pour démultiplier les tweets de Nicolas Sarkozy et toucher le plus grand nombre, l’équipe de campagne compte mettre dans la boucle quelque 205 utilisateurs de Twitter encartés UMP (des « twittos » dans le jargon). Connectés depuis le siège parisien du parti, ils retransmettront les mini-messages du candidat UMP à tous leurs followers et sur les réseaux sociaux. Et comme le « Twitter meeting » ne doit pas être un événement strictement parisien, au moins une trentaine de fédérations de l’UMP, mais aussi du Parti chrétien-démocrate et du Nouveau Centre seront aussi mobilisées. L’objectif est d’inonder la Toile de commentaires et de tweets afin de répercuter au maximum les propos du président-candidat.

Cette initiative de tenir meeting sur Twitter rappelle celles de François Bayrou. En mars et en décembre 2011, le candidat du MoDem avait organisé des « Twinterviews », répondant ainsi à toutes les questions qui lui étaient posées sur la plate-forme de microblogging. En 2012, la campagne numérique prend décidément un coup d’accélérateur.

EXCLUSIF. Sarkozy tiendra un



Hollande s’effondre. Les français ne croient plus au combat droite-gauche

xclusif CSA pour RMC, BFMTV et 20 minutes, François Hollande cède du terrain à Nicolas Sarkozy au premier tour de la présidentielle : avec 26% des voix, le candidat PS arrive derrière Nicolas Sarkozy, qui reste en tête (30%). Marine Le Pen est troisième avec 15% (+1,5 point), devant Mélenchon et Bayrou, ex-aequo avec 12,5%.



Peut-on orienter l’épargne des Français vers la dette publique ?

« Les Français ont placé 105 milliards d’euros dans des produits financiers en 2011 (comptes courants, livret A, actions, assurance-vie, etc.), pour un patrimoine financier total de près de 4 000 milliards d’euros.

L’État français a déjà tenté de capter une partie de cette manne pour se financer. Au début des années 1990, il a créé l’assurance-vie “en euros” afin d’attirer les épargnants pour que, dans la foulée, les assureurs qui gèrent ces dépôts les investissent en obligations d’État. Mais avec la baisse des taux consécutive à l’introduction de l’euro début 2000, les assureurs, soucieux d’offrir des rendements élevés aux épargnants, se sont peu à peu tournés vers les obligations d’entreprises, plus rémunératrices.

Pour infléchir ce phénomène, la puissance publique peut d’abord fixer des critères de régulation des placements encore plus favorables aux obligations nationales, dans les règles prudentielles qu’elle impose aux banques et aux assurances. Elle peut décider que le niveau de fonds propres exigé pour détenir une obligation d’État soit moins important que pour investir dans un produit financier privé. Mais cela ne peut se décider qu’au niveau européen, et c’est déjà un peu le cas avec les nouvelles régulations qui se mettent en place.

La canalisation de l’épargne privée vers le financement de la dette publique va devenir un enjeu politique majeur sur le continent. De fait, l’Espagne et l’Italie ont récemment traversé une crise de liquidités, de manque d’argent frais venu des investisseurs internationaux, qui peut les inciter à s’appuyer sur leur épargne domestique, jugée plus stable et moins volatile, à l’image de l’État japonais qui s’est assuré des circuits de financement pour attirer à lui une partie de l’épargne privée domestique importante.

Récemment, l’Italie a vendu des titres publics sur Internet, un franc succès qui a permis de récolter 7,3 milliards d’euros auprès des ménages. Des régions françaises ont, elles aussi, lancé des emprunts auprès des particuliers. Ce type d’opérations rappelle aux investisseurs institutionnels qui gèrent l’épargne des ménages que l’État peut, s’il le veut, combattre la hausse des taux par ce biais et, ce faisant, leur faire directement concurrence sur leur activité de collecte d’épargne.

En France, le dernier emprunt public remonte à 1993 (1). En bref, les États ne sont pas politiquement démunis pour trouver des financements ! »

(1) Le grand emprunt lancé en 2010, initialement destiné au grand public, a finalement été réorienté exclusivement vers les marchés.

RECUEILLI PAR MARIE DANCER



Un espoir, une volonté, un homme…

RT #NS2012 à partager, climat emprunt d’espoir de volonté et d’enthousiasme made in @NicolasSarkozy #DM @BorisJacrot http://t.co/DtO6yrvL


Safran équipera l’armée britannique en jumelles infrarouges multifonctions longue portée « JIM LR »

Le groupe français d’électronique Safran a annoncé aujourd’hui avoir remporté un contrat de 5 millions de livres (6 millions d’euros) auprès du ministère de la défense britannique, pour équiper l’Armée de jumelles infrarouges multifonctions longue portée (JIM LR) dévelopées par sa filiale Sagem.

JIM LR.png« La jumelle JIM LR intègre en un seul équipement optronique portable :  vision jour et infrarouge, télémétrie, pointeur laser, chercheur de Nord, GPS et transmissions de données », détaille le groupe dans un communiqué. « Equipement de renseignement, de reconnaissance, de surveillance et d’acquisition de cibles, elle contribuera de manière significative aux capacités d’action de l’infanterie britannique. »

Safran met en avant « son utilisation au combat dans les environnements sévères, ses performances en termes de détection et d’identification, et un service multimédia complet conçu pour alimenter un cycle de renseignement temps réel », expliquant que ces critères ont été déterminants dans la décision du ministère de défense britannique. Sagem assurera par ailleurs la formation des personnels utilisateurs, et ceux en charge de la maintenance, ajoute sa maison mère.

La JIM LR est utilisée par plusieurs forces de l’OTAN pour l’infanterie, l’artillerie, le renseignement, les missions spéciales, la surveillance des frontières et des côtes. Près de 5.000 JIM LR sont en service et en commande dans le monde, dont 2000 pour l’ensemble des armées françaises. « L’obtention du programme britannique confirme la position leader de Sagem dans le domaine de l’optronique portable pour les unités de combat au contact », conclut Safran.



12345...10

brest2008terresetmersdebret... |
Commune de GODEWAERSVELDE |
syndicalisme |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LA GRIPPE PORCINE
| Kevin Long Production
| animaux