Le LHC observe un nouvel état du bottomium

Ni le boson de Higgs et encore moins la matière noire n’ont encore été observés dans les détecteurs du LHC. Les membres d’Atlas viennent tout de même de démontrer qu’une particule prédite depuis longtemps par le modèle standard existait bel et bien : le méson chi b, alias bottomium.

Georges Charpak n’est malheureusement plus là pour voir que les derniers avatars de sa chambre multifils, à savoir les détecteurs Atlas et CMS, fonctionnement parfaitement bien et offrent aux physiciens des hautes énergies de belles découvertes. Elles étaient jusqu’à maintenant négatives, c’est-à-dire que l’on excluait l’existence de certaines particules prédites par des théories au-delà du modèle standard. Ainsi, aucun boson Z’ ni minitrou noir en train de s’évaporer n’a encore été découvert avec le LHC et l’espoir de les observer dans Atlas et CMS, même lorsque la luminosité et l’énergie des collisions seront devenues plus importantes après 2013, est devenu bien mince.

Un autre prix Nobel de physique, Leon Lederman, doit lui probablement se réjouir de la découverte faite par les membres de la collaboration Atlas et aujourd’hui publiée sur arxiv.

Un laboratoire pour étudier les forces nucléaires fortes

Le physicien avait en effet découvert avec ses collègues en 1977 l’existence d’un certain quark, appelé depuis quark b, pour bottom ou beauty. Ce que Lederman avait même observé était un exemple de quarkonium, c’est-à-dire, par analogie avec le positronium formé d’un état lié d’un électron et son antiparticule, le positron, un état lié d’un quark et de son antiquark. En l’occurrence, le nouveau méson était un représentant du bottomium.

Un peu comme pour un atome d’hydrogène, les quarks d’un bottomium peuvent être vus comme tournant l’un autour de l’autre avec différents niveaux d’énergie et de moment cinétique. Tout se passe comme si on avait différentes particules d’une même famille avec différentes masses et spins. Ce que les physiciens d’Atlas ont observé est un de ces états du bottomium, prédit depuis longtemps, le méson chi b.

Son moment cinétique est nul et il possède d’autres caractéristiques dont on pourra prendre connaissance dans l’article que lui consacre Tommaso Dorigo. On peut l’utiliser pour mieux comprendre les forces nucléaires de la QCD entre quarks.



Laurent Wauquiez, invité du 20’12 – L’intégrale



Accord entre la Serbie et le Kosovo sur les postes frontaliers

Des soldats français de l'OTAN gardent le poste frontière de Brnjak, jeudi 15 septembre.

Des soldats français de l’OTAN gardent le poste frontière de Brnjak, jeudi 15 septembre.AFP/SASA DJORDJEVIC

Après des semaines d’âpres négociations, la Serbie et le Kosovo ont conclu, samedi 3 décembre, à Bruxelles un accord sur une « gestion intégrée » de leurs points de passage, une avancée importante et de dernière minute avant la décision des Européens d’octroyer ou pas à Belgrade le statut de candidat à l’UE.

Cette percée dans les discussions intervient alors que les dernières semaines ont été marquées par de très vives tensions dans le nord du Kosovo entre les Serbes locaux, qui refusent tout contrôle des autorités de Pristina sur ces passages, et la Force de l’Otan au Kosovo. Belgrade ne reconnaît pas l’indépendance du Kosovo et considère par conséquent qu’il ne peut être question à ces passages d’une véritable frontière entre deux Etats.

« TÉMOINS DOUANIERS » KOSOVARS

Des policiers et douaniers serbes, ainsi que des douaniers et policiers kosovars, gèreront ces passages ensemble, sous la supervision de la Mission européenne au Kosovo (Eulex), a annoncé l’Union européenne, qui sert de médiatrice entre les deux parties. Les douaniers et policiers kosovars auront le statut de « témoins douaniers », a précisé le chef des négociateurs serbes, Borko Stefanovic, à l’agence Beta, désignant par là apparemment une sorte de statut d’observateurs. Il a assuré aussi qu’il n’y aurait pas de symbole étatique kosovar à ces passages.

Le compromis trouvé à Bruxelles prévoit que les deux parties « vont mettre en place progressivement des postes de contrôle communs, intégrés et uniques sur tous les points de passage », a indiqué l’UE. Ce dispositif sera « mis en oeuvre dès que possible », a-t-on précisé de même source.

Reste à savoir si cette percée va convaincre la chancelière allemande de donner finalement son feu vert au statut de candidat pour Belgrade, l’objectif diplomatique fondamental de la Serbie depuis l’arrivée au pouvoir de l’actuelle coalition pro-gouvernementale, en 2008.

Un tel statut nécessite l’unanimité des Vingt-Sept Etats de l’UE, dont les ministres des affaires européennes se réuniront lundi pour préparer le sommet des chefs d’Etat et de gouvernement, le 9 décembre, qui prendront la décision finale. La France avait plaidé pour sa part en faveur de la Serbie.



brest2008terresetmersdebret... |
Commune de GODEWAERSVELDE |
syndicalisme |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LA GRIPPE PORCINE
| Kevin Long Production
| animaux