Un autre regard sur le Nucléaire

Image de prévisualisation YouTube



France : Sarkozy annonce la création d’un centre de formation aux risques nucléaires

En visite jeudi à Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône) pour l’inauguration
d’une école d’officiers sapeurs-pompiers, le président français Nicolas
Sarkozy a fait part de sa volonté de créer un centre civilo- militaire
de formation et d’entraînement aux risques nucléaire, radioactif,
bactériologique et chimique (NRBC).

Nicolas Sarkozy a notamment soutenu dans son discours le volontariat des sapeurs-pompiers, une spécificité française.

« Je tiens tout particulièrement à conforter le principe du
volontariat, c’est un enjeu fondamental pour l’avenir de la sécurité
civile en France», a-t-il dit, insistant sur la « mutualisation des
moyens avec les autres forces de sécurité », notamment la gendarmerie.

Le président a évoqué la « crise » au Japon confronté aux risques
nucléaires suite au puissant séisme et au tsunami, éclarant qu’il était
prêt à s’y rendre à la fin du mois pour manifester « sa solidarité »

M Sarkozy a affirmé mercredi 16 mars, lors du conseil des
ministres, être convaincu de la « pertinence » du choix de l’énergie
nucléaire de la France, une décision qui, selon lui, constitue un
élément essentiel de son indépendance énergétique et de la lutte contre
les gaz à effet de serre.



Des avions de chasse français survolent la Libye

Des avions Rafale ont décollé ce matin direction la Libye.
Des avions Rafale ont décollé ce matin direction la Libye. Crédits photo : AGOSTINI-STEPHAN/AFP

 

MINUTE PAR MINUTE – Alors que Kadhafi a adressé une nouvelle mise en garde à la communauté internationale, un sommet d’urgence se tenait à Paris pour préparer des frappes. Selon une source militaire française, des Rafale français survolent la Libye en reconnaissance.

Des avions de chasse français survolent la Libye dans La une coeur-

15h40 : Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a estimé que le dirigeant libyen Kadhafi avait «perdu toute légitimité» et devait abandonner le pouvoir, dans une interview accordé au quotidien espagnol El Mundo publié aujourd’hui.

 

15h09 : Plusieurs avions de chasse Rafale de l’armée française survolent «l’ensemble du territoire libyen» pour des missions de reconnaissance, révèle une source militaire française.

 

Les Rafale ont décollé en début d’après-midi de la base de Saint-Dizier, dans l’est de la France, où ils sont habituellement stationnés. Selon la même source, ces «missions de reconnaissance» doivent durer toute l’après-midi et les Rafale n’ont rencontré aucune difficulté après plusieurs heures de survol du territoire libyen.

 

Les Rafale sont conçus pour des missions de bombardement, de reconnaissance et de défense aérienne.

 

15h04 : Des rebelles libyens annoncent avoir repoussé une offensive la veille des forces gouvernementales à Misrata, ville toujours contrôlée par l’opposition à quelque 200 km à l’est de Tripoli, au prix de 27 morts dans les rangs de la rébellion.

 

14h37 : Le Canada, favorable à une action rapide contre la Libye, a besoin de deux jours pour préparer une mission, annonce son porte-parole.

 

14h01 : L’hôpital Jala de Benghazi fait état de 26 morts et de plus de 40 blessés à la suite du bombardement de la ville ce matin.

 

13h40 : Début du sommet à Paris entre l’Union européenne, la Ligue arabe, l’Union africaine et d’autres responsables consacré à la préparation d’éventuelles frappes aériennes contre les forces fidèles au colonel Mouammar Kadhafi.

 

» Libye : sommet d’urgence samedi à Paris

 

 

Nicolas Sarkozy et David Cameron samedi.
Nicolas Sarkozy et David Cameron samedi. Crédits photo : GONZALO FUENTES/REUTERS

 

13h27 : Une source proche des discussions sur le sommet d’urgence à Paris affirme que la France, la Grande-Bretagne, le Canada et la Norvège devraient être les premiers à effectuer des frappes contre Tripoli. Suivraient plus tard les Etats-Unis puis des pays arabes. La même source indique par ailleurs que les frappes pourraient démarrer dès la fin du sommet, c’est-à-dire entre 15h et 16h.

 

» Washington laisse les premiers rôles à Paris et Londres

 

13h24 : Tripoli affirme que des Libyens s’offrent en boucliers humains.

 

13h02 : Cessez-le-feu : Tripoli demande à Ban Ki-moon l’envoi d’observateurs, assure un ministre libyen. Le gouvernement estime avoir rempli tous ses engagements vis-à-vis de la résolution de l’ONU, poursuit-il.

 

12h51 : L’avion qui s’est abattu ce matin à Benghazi était un appareil des insurgés, affirme une source rebelle. Les avions dont disposent les insurgés avaient été pris aux forces loyales au colonel Kadhafi. De premières informations avaient fait état d’un Mig-23. L’armée de l’air libyenne dispose ds Migs et de Mirages.

 

12h14 : Les forces de Kadhafi ont bombardé ce matin à l’artillerie Misrata, ville tenue par les rebelles située à l’ouest, rapporte un habitant. L’eau dans la ville est toujours coupée.

 

12h06 : Le ministre de l’Intérieur, le général Abdel Fattah Younis, qui avait fait défection pour prendre en charge le commandement des insurgés à Benghazi, est rétabli dans ses fonctions annonce le télévision d’Etat.

 

11h45 : Nicolas Sarkozy devait rencontrer le premier ministre britannique David Cameron et le secrétaire d’Etat américain Hillary Clinton avant le sommet de Paris sur la crise libyenne, indique une source américaine. La réunion aura lieu à 12h30.

 

11h07 : Mouammar Kadhafi a adressé des messages à Barack Obama, Nicolas Sarkozy, David Cameron et Ban ki-Moon, affirme son porte-parole. Il aurait notamment dit à Sarkozy et Cameron : «vous regretterez toute initiative vous conduisant à une ingérence dans nos affaires intérieures». A Obama, il aurait écrit : «les Libyens sont prêts à mourir pour moi».

 

10h45 : Des centaines de personnes fuient par le nord-est la ville de Benghazi.

 

10h25 : Moustafa Abdeldjeïl, chef du Conseil national libyen formé par les insurgés, réclame une intervention rapide de la communauté internationale. «Il y a actuellement un bombardement à l’artillerie et à la roquette sur tous les quartiers de Benghazi», assure-t-il à al-Jezira. «La communauté internationale tarde à intervenir pour protéger les civils face aux forces de Kadhafi (…). Il y aura aujourd’hui une catastrophe à Benghazi si la communauté internationale ne met pas en oeuvre les résolutions du Conseil de sécurité de l’Onu», estime-t-il.

 

 

 

10h18 : Une intervention étrangère en Libye pousserait les voisins du pays à se joindre aux forces du colonel Kadhafi, affirme le vice-ministre libyen des Affaires étrangères Khaled Kaaim dans une interview accordée à la radio BBC 4. «Si une attaque de l’étranger avait lieu (…), ce ne sont pas seulement les Libyens qui se battraient mais vous verrez des Algériens, des Tunisiens, des Egyptiens… Tous, ils prendraient part aux combats sur le sol libyen», assure-t-il.

08h52 : Les forces de Mouammar Kadhafi n’effectuent aucune intervention militaire à Benghazi, le fief des insurgés dans l’est de la Libye, déclare un porte-parole du gouvernement libyen. «Il n’y a aucune attaque d’aucune sorte sur Benghazi. Comme nous l’avons dit, nous respectons le cessez-le-feu et nous souhaitons la venue d’observateurs internationaux», assure Moussa Ibrahim. «Des rebelles attaquent des villages et des villes et tentent de provoquer une intervention militaire étrangère», a-t-il ajouté.

08h35 : Un avion militaire a été abattu au-dessus de Benghazi. Il n’a pas été possible dans l’immédiat de déterminer comment l’avion a été abattu, mais on sait qu’il s’est écrasé sur une zone d’habitations. Sa chute a été accueillie par des tirs de joie rebelles dans Benghazi.

08h15 : Malgré les pressions internationales, les forces de Mouammar Kadhafi sont entrées samedi dans les faubourgs ouest de Benghazi, le fief des insurgés libyens, a rapporté un envoyé spécial d’al-Jezira présent sur place. Plusieurs explosions ont secoué la ville ce matin. Une série de quatre explosions rapprochées ont été entendues depuis le centre de la ville. Plusieurs colonnes de fumée noire s’élevaient au-dessus de la zone, qui pourrait être une zone d’habitations. Des incendies se déclaraient dans les parties bombardées.

 

 

c7fb35a0-51fb-11e0-9211-8da4e6d1278b dans La une
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



Le LHC est reparti à la chasse au boson de Higgs

Les collisions entre faisceaux de protons ont repris depuis quelques jours au LHC. L’objectif principal est de vérifier la dernière prédiction principale du modèle standard des interactions électrofaibles, le boson de Higgs-Englert-Brout, censé être à l’origine des masses des bosons W et Z.

 

  • Parcourez notre dossier le LHC, une clé pour le futur

L’année 1983 a été une date importante dans notre recherche de nouvelles clés pour comprendre l’évolution de l’univers du Big Bang au Vivant. En utilisant le technique de refroidissement stochastique mise au point par le prix Nobel de physique Simon van der Meer, qui vient tout juste de nous quitter, les chercheurs du Cern faisaient la découverte des fameux bosons Z et W prédits par la théorie électrofaible de Glashow-Salam-Weinberg.

 

Ces particules massives sont l’équivalent des photons des forces électromagnétiques, mais contrairement à eux, ils ne peuvent pas voyager sur des distances infinies dans l’univers. Ils interviennent dans les réactions entre quarks et leptons faisant intervenir la force nucléaire faible à l’origine de la radioactivité bêta et de la nucléosynthèse de certains éléments.

Image de prévisualisation YouTube

Une particule manquante

Presque toutes les prédictions de la théorie électrofaible ont été vérifiées, parfois avec une grande précision notamment dans les collisions d’électrons et de positrons effectuées grâce au prédécesseur du LHC, le LEP.

Il reste cependant un élément clé de la théorie électrofaible qui n’a toujours pas été vérifié. Il s’agit du mécanisme dotant les bosons W et Z d’une masse. Celui-ci fait intervenir un nouveau boson, proposé presque simultanément il y a presque cinquante ans par Peter Higgs, François Englert et Robert Brout.

Des variantes du mécanisme de brisure de la symétrie électrofaible à l’origine des masses des bosons W et Z, mais aussi des autres particules connues, ont été proposées. On peut dire que le but principal du LHC est d’élucider ce mécanisme de brisure, qu’il soit conforme en tout point au modèle de Higgs-Englert-Brout ou qu’il fasse aussi intervenir de la supersymétrie ou une autre physique plus spéculative.

Dans ce but, des collisions de protons capables de produire le boson de Higgs-Englert-Brout se déroulent à nouveau au LHC depuis le depuis le 13 mars 2011. Les collisions à 7 TeV sont scrutées pour y chercher le mythique boson ainsi que des traces d’une nouvelle physique, peut-être à l’origine de la matière noire et de l’énergie noire.

 



Diaporama : le Japon avant et après le tsunami



12345

brest2008terresetmersdebret... |
Commune de GODEWAERSVELDE |
syndicalisme |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LA GRIPPE PORCINE
| Kevin Long Production
| animaux