Le FMI relève ses prévisions de croissance mondiale 2011

Le Fonds monétaire international a relevé jeudi ses prévisions de croissance mondiale pour 2010, invoquant un premier semestre solide, en particulier en Asie, tout en mettant en garde contre les risques baissiers qui pourraient provenir d’Europe.

 

Le FMI a porté sa prévision de croissance mondiale à 4,6%, alors qu’il prédisait une progression limitée à 4,2% en avril. La prévision de 2011 a été laissée inchangée à 4,3%. Il a toutefois abaissé ses prévisions pour l’année prochaine pour la Grande-Bretagne, le Canada, la zone euro, les économies émergentes et le Japon.

 

« Les risques baissiers ont considérablement augmenté dans un climat renouvelé de turbulence financière. Dans ce contexte, la nouvelle prévision repose sur la mise en oeuvre de mesures destinées à rebâtir la confiance et la stabilité, notamment dans la zone euro », a déclaré le FMI dans la dernière mise à jour de ses prévisions économiques mondiales.

 

Le FMI prédit une croissance de 1% dans la zone euro en 2010, inchangée par rapport à sa dernière évaluation, et de 1,3% en 2011, alors qu’il prédisait une progression de 1,5% en avril dernier.

 

La hausse du PIB américain devrait quant à elle ressortir à 3,3% cette année et de 2,9% l’année prochaine. Il tablait auparavant sur des augmentations de 3,1% et 2,6%.

 

Pour un tableau des prévisions du FMI (en anglais):

 

(Kevin Plumberg, Nicolas Delame pour le service français, édité par Jean-Michel Bélot)



l’Iran prêt à négocier, mais pas sur ses droits

TEHERAN — Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a déclaré samedi que l’Iran était prêt à des pourparlers avec les grandes puissances mais que « ses droits inaliénables » au nucléaire n’étaient pas négociables, a rapporté la télévision publique.

« Nous avons maintes fois dit que nous ne négocierions avec personne les droits inaliénables de la nation iranienne, mais s’ils veulent parler de coopération, nous sommes prêts », a expliqué M. Ahmadinejad, cité par le site de la chaîne.

« Nous sommes prêts à négocier mais (… les grandes puissances) devraient reconnaître que les droits de la nation iranienne ne sont pas négociables. Elles devraient également cesser d’être hostiles » à notre égard, a-t-il dit.

L’Iran insiste sur le fait qu’il a le droit d’enrichir de l’uranium et a promis qu’il continuerait à le faire malgré plusieurs résolutions du conseil de sécurité de l’ONU l’enjoignant à suspendre cette activité.

Les grandes puissances soupçonnent l’Iran, qui dément, de vouloir acquérir l’arme nucléaire sous couvert d’un programme nucléaire civil.

Des discussions sur ce programme nucléaire controversé sont prévues lundi et mardi à Genève, après un an d’interruption. Elle mettront face à face l’Iran et les Six (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU – Etats-Unis, Russie, Chine, France et Grande-Bretagne – plus l’Allemagne).

L’ordre du jour exact de la réunion reste encore à préciser: les grandes puissances veulent centrer les discussions sur l’enrichissement d’uranium tandis que Téhéran veut évoquer des questions de sécurité régionale.

« Nous sommes prêts à avoir une coopération constructive dans les domaines de l’économie, du nucléaire, de la sécurité internationale et de la politique, et à coopérer pour résoudre les problèmes mondiaux », a encore déclaré samedi M. Ahmadinejad.

Vendredi, la chef de la diplomatie américaine, Hillary Clinton, a demandé à l’Iran de se montrer « constructif » à Genève. Elle a aussi affirmé que l’Iran avait le droit à un programme nucléaire pacifique mais qu’il devait « répondre entièrement aux préoccupations du monde » au sujet de ses activités nucléaires.

 

AFP



L’OTAN et la Russie sur la voie d’un partenariat stratégique

Le troisième sommet de toute l’histoire du Conseil OTAN-Russie (COR) s’est déroulé à Lisbonne le 20 novembre 2010. À l’issue de cette rencontre historique, le président de la Fédération de Russie, Dmitri Medvedev, et ses homologues des 28 autres États membres du COR ont rendu publique une déclaration commune.

 

Dans cette déclaration, les dirigeants des pays du COR se sont engagés à « oeuvrer à conclure un véritable partenariat stratégique modernisé fondé sur les principes de la confiance mutuelle, de la transparence et de la prévisibilité, l’objectif étant de contribuer à la création d’un espace de paix, de sécurité et de stabilité commun dans la zone euro atlantique. »

Les chefs d’État et de gouvernement des pays du COR ont pris un certain nombre de décisions importantes.

Ils ont d’abord entériné la toute première Revue conjointe des défis de sécurité communs du XXIe siècle, dans laquelle la Russie et les Alliés exposent les points de vue qu’ils partagent sur les questions de sécurité clés et sur les moyens de les régler par une coopération pratique.

Ils se sont ensuite mis d’accord sur une évaluation conjointe des menaces liées aux missiles balistiques et ont décidé de reprendre la coopération en matière de défense contre les missiles de théâtre. Ils ont en outre demandé une analyse conjointe approfondie du cadre futur à mettre en place pour une coopération plus large en matière de défense antimissile. Un état des lieux sera fait à la réunion de juin 2011 du COR en session des ministres de la Défense.

Les participants ont enfin reconfirmé leur détermination commune à aider à la stabilisation de l’Afghanistan et de l’ensemble de la région. Dans ce contexte, ils se sont félicités des arrangements, plus étendus, permettant de faciliter le transit par le territoire russe de marchandises non létales destinées à la FIAS, ils ont préconisé une extension du projet de formation à la lutte antidrogue et ont décidé de donner mandat pour la création en 2011 d’un fonds d’affectation spéciale du COR pour la maintenance des hélicoptères.

D’autres sujets ont été débattus, comme la coopération OTAN-Russie en matière de lutte antiterroriste ou la lutte contre la piraterie.

Résumant les discussions menées au sommet du Conseil OTAN-Russie, M. Rasmussen a déclaré :

« Nous nous sommes mis d’accord sur une liste des défis de sécurité auxquels les pays  de l’OTAN et la Russie sont effectivement confrontés aujourd’hui. Le plus important est que ni nous, ni la Russie, n’y figurons. Les pays de l’OTAN et la Russie sont convenus aujourd’hui par écrit qu’ils sont confrontés à de nombreux défis de sécurité, mais qu’ils ne représentent pas une menace les uns pour les autres. Cela suffit à tracer clairement un trait entre le passé et l’avenir des relations OTAN-Russie. »



Wall Street finit dans le vert, le Nasdaq au plus haut depuis trois ans

La Bourse de New York a fini en légère hausse vendredi, l’optimisme reprenant le dessus malgré des chiffres mensuels de l’emploi bien moins bons que prévu aux Etats-Unis: le Dow Jones a gagné 0,17% et le Nasdaq 0,47%.
Selon les chiffres définitifs de clôture, le Dow Jones Industrial Average a progressé de 19,68 points à 11.382,09 points et le Nasdaq, à dominante technologique, de 12,11 points à 2.

sas_pageid=’2358/24998′; // sas_formatid=1278; // Format : rectangle 2 300×250 sas_target= »; // Targeting SmartAdServer(sas_pageid,sas_formatid,sas_target);

591,46 points.
L’indice élargi Standard & Poor’s 500 a lui engrangé 0,26% (3,18 points) à 1.224,71 points.
L’économie américaine n’a créé que 39.000 postes en novembre, bien moins que prévu et que le mois précédent. Le taux de chômage est remonté à 9,8%, son plus haut niveau depuis avril.
Les indices de Wall Street, qui restaient sur deux séances de nette progression, ont connu une journée hésitante après cette annonce. Ils ne se sont installés dans le vert que dans la dernière demi-heure d’échanges, le Nasdaq finissant à son meilleur niveau depuis janvier 2008.
« Les chiffes de l’emploi sont très décevants, mais le marché les a surmontés, parce que l’ISM services était un peu meilleur que prévu », a commenté Peter Cardillo, d’Avalon Partners. « La plupart des statistiques de la semaine étaient meilleures que prévu. Et si l’on regarde les chiffres de l’emploi, l’économie continue de créer des emplois, ils ne sont pas négatifs ».
L’indice ISM d’activité dans les services a progressé plus que prévu en novembre, à 55%, son plus haut niveau depuis mai. Autre nouvelle positive pour les investisseurs, les commandes industrielles ont reculé moins que prévu en octobre dans le pays.
Aaron Smith et Ryan Sweet, analystes de la firme de recherche Economy.com, se sont dits « sceptiques quant à l’exactitude du tableau » dressé par les chiffres de l’emploi.
« Les gains bien plus faibles qu’anticipé de l’emploi privé semblent contredire les autres indicateurs du marché de l’emploi », ont-ils relevé.
La résistance du marché « est spectaculaire, quand on voit que la statistique la plus importante qui soit publiée chaque mois a constitué une déception de taille », a jugé Art Hogan, de la maison de courtage Jefferies.
Mais cette annonce a lourdement pesé sur le cours du dollar, a relevé M. Hogan, mouvement qui a tendance à pousser vers le haut les cours des actions des grands groupes exportateurs, plus compétitifs quand le billet vert est faible, et les prix des matières premières.
Le Dow Jones était porté par les grands noms de l’industrie: le producteur d’aluminium Alcoa a gagné 0,99%, le fabricant d’engins de chantiers Caterpillar 0,86%, le chimiste DuPont 1,25%. Le pétrolier Chevron s’est adjugé 0,46% alors que les cours du pétrole ont fini au plus haut en deux ans à New York, mais son concurrent ExxonMobil a cédé 0,41%.
Google a pris 0,31% à 573,62 dollars. Selon plusieurs médias américains, le groupe internet serait sur le point de conclure l’achat d’un immeuble de bureaux new-yorkais pour 1,8 à 1,9 milliard de dollars.
Le marché obligataire a baissé. Le rendement du bon du Trésor à 10 ans est monté à 3,017% contre 3,000% jeudi soir et celui du bon à 30 ans était quasi stable à 4,312% contre 4,266% la veille.



Côte d’Ivoire: deux présidents pour un seul pays

Alors que Laurent Gbagbo a été investi président ce samedi après-midi, Ouattara, reconnu « président élu » par la communauté internationale a prêté serment « par courrier ».

 

Côte d'Ivoire: deux présidents pour un seul pays

REUTERS/Thierry Gouegnon

Laurent Gbagbo après son investiture comme président de la Côte d’Ivoire, le samedi 4 décembre 2010.

Les résultats sont tombés, deux fois. Le serment pour la magistrature surprême a été prêté, par deux présidents. Alors que Laurent Gbagbo a été investi ce samedi après-midi président de la Côte d’Ivoire, son opposant Allassane Ouattara a prêté serment « en qualité de président de la République de Côte d’Ivoire » par un courrier au Conseil constitutionnel.

Une situation ubuesque qui n’est que le dernier épisode d’une élection longue et très contestée. Le Conseil constitutionnel a invalidé vendredi les résultats de la commission électorale donnant Alassane Ouattara en tête. Avant de proclamer le président candidat Laurent Gbagbo gagnant.

Depuis, les instances internationales multiplient les déclarations offrant leur soutien à Ouattara. Le secrétaire général de l’ONU a ainsi « félicité » l’opposant pour sa victoire ». Depuis l’Inde, Nicolas Sarkozy n’a pas dit autre chose: « Il y a un président élu en Côte d’Ivoire. L’ensemble de la communauté internationale et les Nations Unies l’ont reconnu. Ce président c’est Alassane Ouattara. » Bruxelles, enfin, a fait savoir qu’elle reconnaissait aussi Ouattara comme « président élu ».

Guillaume Soro

Chef de l’ex-rébellion des Forces nouvelles (FN) qui contrôle le nord du pays depuis le putsch manqué de 2002, M. Soro était devenu en 2007 Premier ministre de Laurent Gbagbo après avoir conclu avec lui l’accord de paix de Ouagadougou.

Le Premier ministre ivoirien lui-même reconnaissait Ouattara. Guillaume Soro a annoncé qu’il allait lui remettre la démission de son gouvernement. « Nous reconnaissons que M. Alassane Ouattara est le vainqueur de cette élection, a déclaré devant la presse à Abidjan Guillaume Soro. J’ai décidé d’aller lui rendre la démission de mon gouvernement et ma démission en tant que Premier ministre. ». Il a jugé « injuste et inacceptable » la décision du Conseil constitutionnel de proclamer Laurent Gbagbo vainqueur en invalidant les résultats de la commission électorale qui donnaient son rival en tête.

Après avoir prêté serment, Ouattara a bien reçu la démission de Soro, et l’a reconduit à son poste. Deux pouvoirs tentent désormais de prouver leur légitimité en parallèle.

Les violences dans la nuit de vendredi à samedi qui ont fait au moins deux morts n’augurent rien de bon. Samedi, au cours de la matinée des centaines de jeunes en colère sont sortis, dans les quartiers populaires pour protester contre la proclamation de la victoire du président sortant.



brest2008terresetmersdebret... |
Commune de GODEWAERSVELDE |
syndicalisme |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LA GRIPPE PORCINE
| Kevin Long Production
| animaux