Le Brésil, premier acheteur des armes françaises

Eurocopter Ec725
© Eurocopter

 

La France a exporté 8,16 milliards d’euros d’armement en 2009, principalement achetée par le Brésil et le Moyen-Orient.

Le rapport remis au parlement sur les exportations d’armes montre que la France a vendu plus d’armement en 2009 qu’en l’an 2000. La progression est flagrante: +20% par rapport à 2008, qui avait déjà enregistré une progression de 20% comparativement à 2007.

Le Brésil, premier acheteur des armes françaises dans La une 000130320

Sur la période 2004 – 2008, la France a retrouvé sa place de quatrième exportateur mondial (avec 7,2% du marché) derrière les Etats-Unis (52,4%), le Royaume-Uni (13,4%) et la Russie (8,4%).

000130321 dans La une
Pour Laurent Teisseire, porte-parole du ministère de la défense, « ces résultats sont cohérents avec la position de la France au niveau international ». Les grans pays exportateurs doivent allier une maîtrise des processus industriels et une présence diplomatique, indispensable pour conclure les contrats.

Les autorités ont un objectif: équilibrer les commandes de l’armée française avec les commandes à l’export, pour stabiliser l’industrie de l’armement et maintenir les compétences. A terme, les autorité souhaitent maintenir les ventes au-dessus des 9 milliards d’euros par an. Mais il est très difficile d’établir des prévision dans ce marché où les contrats géants prennent une place prépondérante.

Des clients fidèles

Les chiffres de 2009 sont fortement impactés par les ventes au Brésil. Meilleure cliente de l’année, l’administration de Lula a passé 3,856 milliards d’euros de commandes, les deux plus importantes étant des sous-marins de type Scorpène (DCNS) et des hélicoptères EC-725 (Eurocopter). Les relations se maintiendront-elles avec la nouvelle équipe dirigeante ?

000130319

Les pays du proche et moyen orient font également partie des clients importants de la DGA. 7,786 milliards d’euros de matériel commandé entre 2005 et 2009. L’Arabie Saoudite et les Emirats Arabes Unis (EAU) sont les principaux clients de la France dans la région.

Moins de commandes en 2010

En février, le directeur général de l’armement avait annoncé des prévisions ambitieuses pour 2010. « La France vise 10 à 12 milliards d’euros de commandes, afin de devenir le troisième exportateur mondial ». Cet objectif semble aujourd’hui presque impossible à atteindre. Tous les grands contrats prévus ont été reportés. En Russie, l’achat de navires BPC fera finalement l’objet d’un appel d’offres, et aux émirats les négociations autour du Rafale sont pour le moins tumultueuses. Dernière chance pour 2010: le Brésil (encore), où la signature d’un contrat pour la fourniture de Rafale est encore possible avant la fin de l’année.



Société Générale : Jérôme Kerviel condamné, la banque totalement blanchie

Jérôme Kerviel, l’ancien trader de la Société Générale, a été condamné à 5 ans de prison, dont 3 ans ferme par le tribunal correctionnel de Paris. Jérôme Kerviel a décidé de faire appel.

France  Info - Jérôme Kerviel (au centre), accompagné de son avocat Olivier  Metzner (à droite), ce matin au Palais de Justice de Paris

Jérôme Kerviel (au centre), accompagné de son avocat Olivier Metzner (à droite), ce matin au Palais de Justice de Paris – ©Reuters / Charles Platiau

 

 

La lecture du jugement a pris une heure, ce matin, devant le tribunal correctionnel.
L’ancien trader a été reconnu coupable des trois chefs d’accusation : abus de confiance, faux et usage de faux, et introduction frauduleuse de données dans un système informatique.

 

Condamné à trois ans de prison ferme, à rembourser 4,9 milliards d’euros de dommages et intérêts, et désormais interdit d’exercer une activité liée aux marchés financiers, Jérôme Kerviel a immédiatement annoncé son intention de faire appel.

 

4,9 milliards d’euros, une somme astronomique qui laisse perplexe et qui correspond aux pertes de la Société Générale. Il faudrait 177.000 ans à Jérôme Kerviel pour la payer avec son salaire de 2.300 euros par mois.



Relativité : la dilatation du temps observée directement au laboratoire

Conséquence inévitable des théories de la relativité restreinte et générale, la dilatation du temps n’a longtemps pu être observée directement qu’à bord d’engins rapides (avions ou satellites). Grâce à une horloge atomique dernier cri, on peut aujourd’hui la mettre en évidence pour des déplacements de seulement quelques dizaines de kilomètres à l’heure, ou à des altitudes différant… de 30 centimètres !

 

Il y a quelque temps, les physiciens du National Institute of Standards and Technology (NIST) ont annoncé avoir réalisé l’horloge atomique la plus précise au monde. Elle est constituée d’un seul ion d’aluminium, piégé par des champs électriques, et que l’on peut exciter à l’aide d’un rayon laser. On peut ainsi faire « vibrer » l’ion en faisant sauter l’un de ses électrons d’un niveau d’énergie à un autre en environ un millionième de milliardième de seconde.

 

Complétée par des techniques empruntées aux expériences portant sur les ordinateurs quantiques (voir le dossier complet sur les ordinateurs quantiques), cette horloge atomique est supérieure à celles basées sur le césium et pourrait un jour conduire à des étalons de temps cent fois plus précis que ceux existant aujourd’hui.

 

Pour l’heure, les physiciens viennent de s’en servir pour mesurer un phénomène bien connu prédit par les équations de la relativité restreinte et même de la relativité générale : la dilatation du temps.

 

Une prédiction centenaire

 

Dès son article de 1905, Einstein avait en effet démontré que la constance de la vitesse de la lumière pour tous les observateurs (quelles que soient les expériences de mécanique ou d’électromagnétisme dans des référentiels en mouvements rectilignes uniformes) nécessitait que les horloges ne mesurent pas des écoulements du temps identiques. Cette prédiction étonnante, bien illustrée par le fameux paradoxe des jumeaux de Langevin, a cependant reçu des confirmations incontestables.

 

Relativité : la dilatation du temps observée directement au laboratoire dans La une RTEmagicC_relativite_Loel_Barr__txdam16407_518eaa
Bien que le phénomène soit très exagéré sur ce dessin, il est tout de même exact que le rythme de l’écoulement du temps pour une horloge est d’autant plus rapide qu’elle est placée en altitude dans le champ de gravitation de la Terre. © Loel Barr

 

Le même phénomène de non-uniformité de la vitesse d’écoulement du temps pour des observateurs placés dans des champs de gravitation différents se retrouve dans la théorie de la relativité générale. Il est d’ailleurs pris en compte dans le système GPS. Cela n’est pas étonnant puisque la non-uniformité de la vitesse d’écoulement du temps fut découverte par Einstein afin de rendre compatible la théorie de la gravitation avec sa théorie de la relativité restreinte. Dans le cas de la théorie de Newton, on peut en effet montrer que la gravitation doit faire sentir son influence des millions de fois plus vite que la lumière.

 

Dans les deux cas, les effets sont tout de même si faibles, compte tenu de vitesses que peut atteindre l’Homme ou de la petitesse des champs de gravitation dans le Système solaire, qu’il a fallu la réalisation des premières horloges atomiques pour mesurer directement ces phénomènes surprenants.

 

Des horloges atomiques à la précision inégalée

 

Aujourd’hui, comme il est expliqué dans un article de Science, en employant les nouvelles horloges atomiques qui ne retardent que d’une seconde tous les 3,7 milliards d’années, il est possible d’observer et de mesurer des effets relativistes de la dilatation du temps à l’échelle humaine.

 

En effet, lors d’expériences avec deux horloges ne nécessitant que quelques dizaines d’heures, il a suffi de déplacer une des horloges à une vitesse de l’ordre de 35 km/h ou d’en surélever une autre d’une trentaine de centimètres, pour exhiber des différences d’écoulement du temps aussi faible que 90 milliardièmes de seconde sur 79 ans.

 

Pour les chercheurs, ce type d’horloge pourrait un jour équiper un réseau planétaire mesurant de très faibles variations du champ de gravitation de la Terre et fournissant d’importantes informations pour la géophysique.



01 octobre 2010 – Christine LAGARDE se félicite de l’adoption par le Sénat en première lecture de la loi de régulation bancaire et financière

Christine LAGARDE, ministre de l’Économie, de l’Industrie et de l’Emploi, se félicite de l’adoption le 1er octobre par le Sénat en première lecture du projet de loi régulation bancaire et financière qui renforce la régulation et l’encadrement des marchés financiers. L’examen par le Sénat a permis d’ajouter au projet de loi voulu par le Président de la République et le Premier ministre pour mettre en œuvre au niveau national les décisions du G20 de nouvelles mesures fortes :

  • Prévenir les ventes à découvert à nu – Le texte voté par le Sénat interdit les ventes à découvert pour lesquelles le vendeur n’a pas pris les mesures nécessaires pour s’assurer qu’il disposera effectivement des titres au moment de sa livraison effective. Cette mesure (parfois appelée « locate rule ») permettra de prévenir efficacement les ventes à découvert « à nu ».
  • Réguler les marchés de permis d’émission de CO2 – Le texte voté par le Sénat prévoit pour la première fois de réguler les marchés carbone. Il crée notamment un gendarme des marchés de CO2 chargé de les surveiller et de les contrôler. Cette mission est confiée à l’Autorité des marchés financiers, en coopération avec la Commission de régulation de l’énergie.
  • Renforcer la sécurité des consommateurs de produits financiers – Le Sénat a adopté les dispositions proposées par Christine LAGARDE pour renforcer la sécurité des consommateurs qui sont en relation avec des intermédiaires bancaires et financiers. Tous les intermédiaires financiers seront désormais soumis à une obligation commune d’immatriculation sur un registre unique consultable par les consommateurs et à des règles renforcées notamment s’agissant des intermédiaires en opérations de banque et de services de paiement.
  • Frais bancaires – Le Sénat a adopté l’amendement proposé par Christine LAGARDE qui permettra de demander à l’Autorité de contrôle prudentiel de contrôler le respect – engagement par engagement – des engagements pris par les banques le 21 septembre pour renforcer la transparence sur les frais bancaires et réduire les frais pour incidents de paiement. Le texte voté par le Sénat confie également au Comité consultatif du secteur financier une nouvelle mission d’observatoire des tarifs bancaires.
  • Encadrer les rémunérations des opérateurs de marchés Le Sénat a adopté l’amendement proposé par Christine LAGARDE pour poursuivre l’action de Michel Camdessus comme contrôleur des bonus : le texte voté par le Sénat prévoit que l’Autorité de contrôle prudentiel sera chargée de contrôler le respect des règles d’encadrement des bonus décidées par le G20.
  • Empêcher les prises de contrôle rampantes – Le texte voté par le Sénat prévoit que les actionnaires qui viendront à détenir plus de 30% du capital d’une société devront obligatoirement déposer un projet d’offre publique d’acquisition (OPA). Ce seuil était auparavant fixé à 33%. Le texte voté par le Sénat étend cette obligation au-delà du seul capital aux accords ou instruments financiers dérivés donnant accès au capital.

Le projet de loi de régulation bancaire et financière sera examiné en commission des finances à l’Assemblée nationale le 6 octobre et en séance publique le 11 octobre.



Une première exoTerre habitable autour de l’étoile Gliese 581 ?

Autour de l’étoile Gliese 581, on connaissait déjà des exoplanètes telluriques installées aux limites de la zone d’habitabilité. Mais selon un groupe d’astronomes, l’exoTerre Gliese 581 g est bien plus prometteuse : elle se trouve au milieu de la zone où l’eau peut être liquide. Elle est donc très probablement habitable !

 

Située à 20,5 années-lumière dans la constellation de la Balance, la naine rouge Gliese 581 a beaucoup fait parler d’elle en 2007 lorsque l’on a annoncé que deux de ses planètes étaient peut-être habitables. Dans les deux cas, ces deux exoplanètes se trouvaient sur les bords de la fameuse zone d’habitabilité, celle où l’eau peut rester liquide sur une planète, une condition obligatoire pour que puisse s’y développer une vie semblable à celle que nous connaissons.

 

L’effet de serre, une donnée importante pour l’habitabilité

 

Cependant, avec le temps, l’habitabilité de Gliese 581c et de Gliese 581d est apparue problématique, car on ignore tout des atmosphères qu’elles pourraient posséder. Bien que la masse de Gliese 581c soit seulement d’environ 5 fois celle de la Terre alors que la masse de Gliese 581d est estimée entre 7 et 14 fois celle de notre planète, tout dépend de la présence ou non d’un effet de serre pour ces super Terre.

 

Si cet effet de serre est trop important sur Gliese 581c, son climat pourrait être celui de Vénus ; si l’effet de serre n’existe pas sur Gliese 581d, elle pourrait être une planète glacée. Notons toutefois que dans ce dernier cas, elle pourrait être une planète océan ressemblant à Europe. Pour un exobiologiste, il existe plusieurs possibilités pour que se développe de la vie, comme l’a d’ailleurs illustré Arthur Clarke dans son roman 2010 : odyssée 2.

 

Gliese 581g, une exoplanète très probablement habitable !

 

Comme il est indiqué sur le site de l’astronome et astrophysicien Steven S. Vogt de l’université de Californie (Santa Cruz), tout vient de changer. À la tête d’une équipe comportant aussi des membres de l’Institution Carnegie de Washington, le chercheur vient de publier avec ses collègues une véritable bombe dans le milieu de l’exobiologie.

 

Après plus de 11 années d’études par la méthode des vitesses radiales de l’étoile Gliese 581, les astronomes annoncent qu’il existe deux autres exoplanètes autour de cette étoile, dont Gliese 581g qui serait très probablement habitable !

 

La masse de Gliese 581g ne serait que de 3 à 4 fois celle de la Terre et son diamètre serait d’environ 1,2 à 1,4 fois celui de notre planète. Comme elle se trouve au beau milieu de la zone d’habitabilité de son étoile hôte, les chances que de l’eau liquide y existe sont bien plus grandes.

 

Cependant, il semblerait bien qu’elle soit en rotation synchrone, ce qui veut dire qu’elle présenterait toujours la même face à Gliese 581. Si de la vie existe bel et bien à sa surface, elle doit majoritairement se développer dans une bande entourant le Terminateur, c’est-à-dire la ligne séparant le jour de la nuit sur cette exoplanète.

 

Une comparaison entre la taille du  système de Gliese 581 et celle du Système solaire.Une première exoTerre habitable autour de l'étoile Gliese 581 ? dans La une pt-loupe
Une comparaison entre la taille du système de Gliese 581 et celle du Système solaire. © NSF

 

Les astronomes ont employé l’instrument HIRES équipant le télescope Keck I à l’observatoire WM Keck à Hawaï. Ils ont joint les données collectées à celles obtenues à l’aide de HARPS (the High Accuracy Radial velocity Planetary Search project) par un autre groupe, celui de l’université de Genève. Avec ses 6 exoplanètes en orbite circulaire, le système de Gliese 581 se met donc de plus en plus à ressembler à un système planétaire comme le nôtre (on connaissait déjà le cas de HD 10180 avec peut-être 7 planètes).

 

Mais le plus extraordinaire n’est probablement pas là !

 

Étant donné le nombre relativement faible d’étoiles qui ont été suivies de près par les chasseurs de planètes, la découverte d’une exoTerre vraiment habitable est venue étonnamment vite. Comme le dit Steven Vogt à propos de ce type d’exoplanète : « Si elles sont rares, nous ne devrions pas en avoir trouvé une si vite et si proche. La fraction de systèmes avec des planètes potentiellement habitables est probablement de l’ordre de 10 ou 20 %, et quand vous multipliez cela par les centaines de milliards d’étoiles dans la Voie lactée, vous trouvez qu’il pourrait y avoir des dizaines de milliards de ces systèmes dans notre galaxie ».

 

À quand un voyage sur une cousine de Pandora ? Et s’il y avait vraiment un monolithe noir, laissé par une civilisation extraterrestre quelque part sur la Lune, comme dans 2001, l’odyssée de l’espace ? En tout état de cause, voilà une découverte qui doit renforcer la conviction des membres du programme Seti.



1234

brest2008terresetmersdebret... |
Commune de GODEWAERSVELDE |
syndicalisme |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LA GRIPPE PORCINE
| Kevin Long Production
| animaux