La consommation des ménages en produits manufacturés augmente de 1,2% en mars

L’indicateur, en hausse pour la première fois depuis le début de l’année, enregistre quand même une baisse globale de 1,9% sur l’ensemble du premier trimestre.

 

/**/ .obs09-article-boutils li.obs09-facebook { background-image: none; padding-left:8px; } .obs09-article-boutils li.obs09-facebook a { text-decoration: none; color:#000; } .obs09-article-boutils li.obs09-facebook a:hover { text-decoration: none; } /**/
Selon l'Insee, la consommation des ménages en produits  manufacturés a augmenté de 1,2% en mars. (AFP) Selon l’Insee, la consommation des ménages en produits manufacturés a augmenté de 1,2% en mars. (AFP)Selon l’Insee, vendredi 23 avril, les dépenses de consommation des ménages français en produits manufacturés ont enregistré une hausse de 1,2% en mars par rapport au mois précédent, mais sur l’ensemble du premier trimestre elles ont chuté de 1,9%.

Pour la première fois depuis le début de l’année, l’Institut national de la Statistique enregistre une hausse de la consommation en produits manufacturé après une baisse de 2,5% en janvier et de 1,4% en février. Représentant environ un quart de la consommation totale des ménages, elle constitue un bon indicateur de la tendance générale.

 

Un indicateur conforme aux prévisions

Conformément à ses dernières prévisions, l’Insee estimait que la consommation totale des ménages alors soutenue par des achats massifs d’automobiles au dernier trimestre 2009 (+0,9%), allait être confronté, cette année, à un net ralentissement (+0,1%) au premier trimestre et même à un recul au deuxième (-0,2%).

Dans l’entourage de la ministre de l’Economie, Christine Lagarde, la hausse enregistrée en mars est « cohérente avec la prévision de l’Insee qui table sur une progression de la consommation totale au 1er trimestre ». Cet indicateur prouve que « la demande des ménages continue de résister, au-delà des facteurs exceptionnels et donc temporaires du début de l’année », dont la réduction de la prime à la casse et les soldes d’hiver.

Traditionnel moteur de la croissance en France, ce fléchissement dans la consommation des produits manufacturés pourrait se traduire par une faible progression du produit intérieur brut (PIB) de 0,2% au premier trimestre.

 

(Nouvelobs.com avec AFP)



Laisser un commentaire

brest2008terresetmersdebret... |
Commune de GODEWAERSVELDE |
syndicalisme |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LA GRIPPE PORCINE
| Kevin Long Production
| animaux