En PACA, Vauzelle réélu sous la présidence de Le Pen

Troisième mandat pour Michel Vauzelle en région PACA, qui a  remporté 54% des voix.

REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Troisième mandat pour Michel Vauzelle en région PACA, qui a remporté 54% des voix.

 

Jean-Marie Le Pen a présidé, ce vendredi, la séance d’ouverture du Conseil Régional à Marseille. Avant que le vote du président n’ait pu avoir lieu, des élus écologistes ont brandi des pancartes en signe de protestation contre le FN, représenté par 21 élus au Conseil.

 

La totalité des conseils régionaux ont élu leur président ce vendredi. Ce fut aussi le cas à Marseille. Comme prévu par la loi, le doyen d’âge a présidé la séance inaugurale. A Marseille, c’est donc Jean-Marie Le Pen qui s’en est chargé. Et la séance ne s’est pas déroulé sans incident.

 

Pendant le discours du président du Front National, des élus d’Euope Ecologie ont brandi des pancartes sur lesquelles on pouvait lire « Liberté, Egalité, Fraternité ». « L’intervention était prévue pour le cas où Monsieur Le Pen tiendrait un discours politique. S’il s’était tenu à une simple présentation technique de la séance inaugurale, il ne se serait rien passé », précise-t-on dans l’entourage de Laurence Vichnievsky, tête de liste écologiste en PACA.

 

En réponse à la demande du FN d’arrêter cette manifestion « pancartière », l’élu écologiste Philippe Chesneau a retorqué que « ce sont les symboles de la République, ils ont leur place dans l’hémicycle ». La séance a alors été interrompue pendant un quart d’heure, sur demande de Jean-Marie Le Pen.

 

Du côté du Parti socialiste, comme prévu, aucune manifestation n’a perturbé le déroulement de l’élection du président. A la fin de la séance, le socialiste Michel Vauzelle a été réélu avec 72 des voix, contre 30 à l’UMP Thierry Mariani et 21 à la frontiste Lydia Schenardi, sur 123 élus dont 95 étaient présents.



Santé/USA: amendements adoptés

Le Sénat américain adopte ce soir le texte d’amendements accompagnant la loi sur l’assurance-maladie, promulguée mardi par Barack Obama mais qui devait être revoté à cause d’une erreur qui était survenue au Sénat. C’est désormais au tour de la Chambre des représentants de le revoter, avant que le président Obama ne puisse le signer.
Le texte a été adopté par 56 voix contre 43.

Les républicains y avaient découvert « deux dispositions mineures », qui contrevenaient aux règles budgétaires du Congrès américain. Les clauses portaient sur des aides publiques en faveur des étudiants à bas revenus.

 

AFP



Au LHC, les collisions à 7 TeV débuteront le 30 mars 2010

Enfin ! La date des premières collisions à 7 TeV qui se produiront dans les détecteurs du LHC est officiellement connue. Ce sera le 30 mars prochain. Ce n’est qu’après cet événement que les physiciens du Large Hadron Collider pourront partir à la recherche d’un nouvelle physique ayant opéré pendant le Big Bang. Sans oublier bien sûr la chasse au boson de Higgs.

 

Alors que les chercheurs viennent à peine d’établir un nouveau record mondial en faisant circuler deux faisceaux de protons à 3,5 TeV le long des 27 kilomètres de circonférence du LHC, ils prévoient déjà de passer à la vitesse supérieure en les faisant entrer en collision le 30 mars dans des détecteurs comme celui d’Atlas.

 

Une des plus grandes aventures de l’Humanité devrait alors vraiment débuter lorsque les collisions à 7 TeV, l’énergie équivalente à celle, sous forme de masse, de quelque 7.400 protons, vont produire chaque seconde un nombre impressionnant de particules. Parmi elles, beaucoup seront déjà connues. Il devrait cependant s’y trouver de nouvelles particules qui expliqueraient l’origine de la masse des électrons et des quarks, mais aussi la naissance des galaxies et des amas de galaxies. Dans le premier cas, il s’agirait du boson de Higgs et dans le second de particules de matière noire…

 

Les avis divergent pourtant au sein de la communauté scientifique sur les découvertes que devraient faire les physiciens grâce au LHC. Pour s’en convaincre, il suffit de savoir ce qu’en attendent plusieurs prix Nobel célèbres. Nul doute, par ailleurs, que les craintes irrationnelles de voir la Terre détruite par la possible création de mini-trous noirs au LHC vont se raviver. D’autant plus que, si l’on en croit certains calculs, il faudrait 3 fois moins d’énergie que prévue.

 

Si tout se passe bien, c’est une période de prise de données de 18 à 24 mois qui succédera aux collisions du 30 mars avec une brève pause à la fin de l’année 2010. Une plus longue pause suivra la période de prise de données afin de préparer l’accélérateur pour y réaliser des collisions à 14 TeV comme cela était initialement prévu.

 



Plus de nucléaire en Rhone Alpes, moins de travail.

“Nous avons signé des accords très précis avec le PS en Rhône-Alpes, nous pouvons travailler sur cette base.” Lundi soir, dans l’émission Mots Croisés présentée sur France 2 par Yves Calvi, Philippe Meirieu et François Hollande sont revenus sur la possibilité d’une alliance pour les présidentielles de 2012. Malgré les déclarations d’accord, la réalité semble encore conflictuelle. La question du nucléaire reste un point de désaccord central entre les deux formations politiques.

Plus de nucléaire en Rhone Alpes, moins de travail. small_738dc06dfdc93088639d9204ea2eba59

 

Si depuis 2004, le Conseil Régional s’est prononcé défavorablement à l’installation d’un réacteur nucléaire dans la région Rhône Alpes, la position nationale du PS est loin d’être aussi claire. Lundi soir, sur France 2, l’ancien secrétaire général du Parti Socialiste, François Hollande, à réaffirmé sa volonté de dialoguer de tous les tabous entre les forces de gauches. Pourtant la partie n’a pas l’air gagné d’avance, car il affirme que la France ne peut pas se passer de son parc nucléaire, surtout dans un contexte de pénurie des énergies fossiles. Renforcer la sécurité des sites nucléaires et investir dans les énergies renouvelables, voilà les priorités du Parti Socialiste sur ce thème.
Phillippe Meirieu ne se situe pas dans le même registre. Il considère comme une urgence l’arrêt du nucléaire en France et préconise un investissement massif dans les énergies renouvelables, créatrices d’emplois durables. Difficile alors d’envisager un partenariat pour 2012. De plus, la question du nucléaire n’est pas le seul point de conflit entre les deux formations. D’autres thématiques comme les infrastructures et les transports sont, elles aussi, source de tension.
C’est dans doute pour cela que Phillippe Meirieu choisi de prendre du recul : « Europe Ecologie a besoin de temps pour travailler. Nous prenons la politique au sérieux, ce n’est pas un jeu d’anticipation électorale ». Prendre le temps de travailler sur les questions de fond avec ses alliés socialistes et du Front de Gauche au sein de la région Rhône-Alpes. La question d’un accord pour les élections présidentielles de 2012 ne se fera de manière efficace que dans le respect d’un processus de discussion long. « Inutile de brusquer les militants sur le terrain » a terminé Philippe Meirieu, qui visiblement a encore besoin de temps pour intégrer un paramètre indispensable de la vie politique, celui de la pirouette.



Bill Gates se lance dans le nucléaire futuriste

Le japonais Toshiba soutient le projet du fondateur de Microsoft de concevoir un réacteur révolutionnaire qui brûlerait de l’uranium appauvri soixante ans sans recharge. Scepticisme au CEA.

 

Quand l’homme le plus riche du monde se lance dans le nucléaire, l’information est assurée d’irradier. Et lorsque le géant japonais Toshiba, l’un des principaux constructeurs mondiaux de réacteurs, soutient le milliardaire américain, la nouvelle est prise au sérieux. Toshiba a annoncé mardi avoir signé un accord en novembre avec Bill Gates, actionnaire d’une petite société baptisée TerraPower, pour étudier la faisabilité d’un réacteur atomique révolutionnaire.

 

Bill Gates, qui se consacre désormais à temps plein à sa fondation caritative et à ses investissements privés, a exposé son projet le mois dernier lors d’une conférence en Californie, TED 2010, réunissant des visionnaires de tous horizons. Il revendique la cohérence de sa démarche car «l’énergie et le climat sont extrêmement importants» pour les populations des pays pauvres auxquelles vient en aide la Fondation Bill et Melinda Gates. «Nous avons besoin de miracles en matière d’énergie» comme le PC le fut à l’informatique, plaide le fondateur de Microsoft. Pour le technophile Gates, le miracle sans CO2 sera atomique.

 

La jeune firme TerraPower pense être en mesure de concevoir en vingt ans un réacteur brûlant de l’uranium appauvri et pouvant fonctionner soixante voire cent ans sans être rechargé ! Ses bonnes fées sont Bill Gates et un autre ancien pilier de Microsoft, Nathan Myhrvold, qui a fondé la société Intellectual Ventures, laquelle finance des projets innovants. L’homme le plus riche du monde a déjà dépensé « des dizaines de millions » de dollars pour effectuer des simulations informatiques du réacteur. Celui-ci brûle l’uranium appauvri tout doucement «comme une bougie» selon l’analogie de Gates. Fabriquer le prototype nécessitera en revanche «plusieurs milliards» de dollars. Sur le papier, le « réacteur à onde de combustion » (TWR, en anglais) présente l’avantage d’employer comme combustible l’uranium appauvri (U238), l’isotope qui constitue 99 % de l’uranium naturel et qui est actuellement stocké comme déchet radioactif.

 

 

Des inconvénients

 

 

Le concept du TWR remonte à soixante ans et les physiciens du monde l’ont réactivé dans les années 1990. En 2000, le Forum Generation IV, un groupe d’experts internationaux, ne l’avait cependant pas jugé assez prometteur, explique Bernard Bonin, directeur scientifique adjoint du CEA (Commissariat à l’énergie atomique). Le physicien de Saclay reconnaît l’intérêt du réacteur mais en souligne les inconvénients. Pour fonctionner des décennies, le TWR aura besoin de grosses quantités de combustible et devra être une installation très chère. Autre souci, la sûreté : les matériaux sauront-ils résister à une irradiation de longue durée ? Bernard Bonin «persiste et signe» dans son scepticisme à l’égard du TWR. Toutefois, le soutien annoncé hier du constructeur japonais de réacteurs Toshiba à Bill Gates est, admet-il, une vraie surprise.



123456...14

brest2008terresetmersdebret... |
Commune de GODEWAERSVELDE |
syndicalisme |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LA GRIPPE PORCINE
| Kevin Long Production
| animaux