Cinq ans après la loi handicap, un plan pour l’intégration des sourds

 

PARIS — Le gouvernement a lancé mercredi un plan de 52 millions d’euros en faveur de l’intégration des sourds et malentendants, prévoyant un dépistage systématique de la surdité, cinq ans tout juste après la grande loi handicap, dont le bilan est critiqué par plusieurs associations.

La loi du 11 février 2005 rend notamment obligatoire l’accessibilité aux handicapés des bâtiments et transports d’ici 2015.

« C’est pour donner une nouvelle impulsion et être au rendez-vous de 2015 que nous avons décidé de lancer le plan handicap auditif, un effort supplémentaire de 52 millions d’euros pour apporter des réponses plus efficaces aux 4 millions de nos concitoyens atteints de déficiences auditives », a déclaré à l’AFP la secrétaire d’Etat à la Famille Nadine Morano, qui a lancé ce plan avec le ministre du Travail Xavier Darcos.

Entre 4 et 6 millions de personnes souffrent de problèmes d’audition.

Parmi une cinquantaine de mesures est prévu un dépistage systématique pour les jeunes de 16 à 25 ans et vers 60 ans.

Pour les jeunes, qui ont tendance à écouter leurs baladeurs à un volume excessif, « une campagne de sensibilisation sur les risques liés à la musique amplifiée » sera lancée en 2011.

Au menu également, « au moins » un journal télévisé du soir traduit en langue des signes en 2011 et sous-titrage obligatoire en français de tous les DVD.

L’Etat prendra à sa charge les frais d’interprète en langue des signes lors de l’examen du permis de conduire.

Mesure demandée de longue date par les associations, un système devrait permettre avant la fin de l’année aux personnes sourdes de passer les appels d’urgence au Samu, aux pompiers, à la police.

Pour aider à la scolarisation des enfants sourds en milieu ordinaire, une « conférence de consensus » fin 2010 permettra aux ministères concernés et aux associations de se mettre d’accord sur les besoins en personnels formés (interprètes en langue des signes…).

Mais la question des auxiliaires de vie scolaire (AVS), dont le statut précaire est critiqué par les associations spécialisées, ne sera en revanche pas abordée dans le cadre de ce plan, selon l’entourage de Xavier Darcos.

Le gouvernement compte aussi mettre en place des « actions de sensibilisation » spécifiques en direction des employeurs (aménagement des postes de travail, logiciels). Ils ont déjà depuis plusieurs années l’obligation de recruter 6% de personnes handicapées, sous peine de sanctions financières, mais beaucoup n’atteignent pas ce quota.

Ces annonces interviennent à la veille du cinquième anniversaire de la loi handicap dont le bilan est sévèrement critiqué.

La Fnath, association représentant malades, invalides et handicapés, souligne que le taux de chômage des travailleurs handicapés reste deux fois plus élevé que celui du reste de la population tandis que le montant de l?allocation adultes handicapés reste en dessous du seuil de pauvreté.

L’Association des paralysés de France (APF) dresse aussi un constat « inquiétant » sur l’accessibilité aux handicapés des bâtiments et transports.

Les associations sont également vent debout contre les tentatives du gouvernement d’introduire certaines dérogations à l’obligation d’accessibilité des bâtiments.

Quant à la fédération des APAJH (associations pour adultes et jeunes handicapés), elle « dénonce les reculs organisés par les pouvoirs publics » dans l’application de la loi.

Pour le Parti socialiste, « la situation se dégrade » pour les handicapés.

2010 AFP.



Boissons énergisantes : les dangers de la banalisation

Avant de sortir en boîte, quelques canettes de boissons énergisantes, un peu d’alcool et c’est parti ! Jusqu’au petit matin… ou plus tôt. Car le risque est dans l’abus de ces boissons et leur association à l’alcool. Leurs fabricants, pour leur part, organisent des soirées où ils communiquent davantage sur les bienfaits supposés que les risques de ces cocktails détonants.

 

En novembre et décembre derniers, trois producteurs d’energy-drinks – Red Bull, Coca-Cola et Pepsico – ont lancé des versions condensées de leurs boissons phares. L’objectif annoncé est de simplifier le transport des canettes en réduisant la dose de 25 à 6 centilitres tout en conservant la même quantité de caféine. Ainsi cette dernière est-elle… quatre fois plus concentrée.

 

Une étude américaine de 2008 avait déjà montré les risques – intoxication et hypertension artérielle – liés à ces boissons. Aujourd’hui, les fabricants banalisent leur consommation en recourant à des slogans aguicheurs : « Se glisse partout », « Diluer avec le liquide de votre choix »… rien qui ne laisse entendre si ce liquide peut être alcoolisé ou non.

 

Perception réduite de l’intoxication alcoolique

 

Les soirées étudiantes se font également les partenaires de ces pratiques. Souvent parrainées par de grands groupes, elles sont l’occasion de mélanger alcool et boissons énergisantes.

 

Or selon l’Agence française de Sécurité sanitaire des Aliments (Afssa), « les boissons énergisantes diminueraient la perception, mais pas la réalité, de l’intoxication alcoolique ». La CLCV (association Consommation Logement et Cadre de Vie ) demande une information convenable des consommateurs. Elle vient d’interpeller le ministère de la Santé, le Syndicat national des boissons rafraîchissantes et les professionnels concernés.

 

La CLCV réclame des mentions d’étiquetage claires et précises, ainsi que l’instauration de teneurs maximales en caféine pour les boissons énergisantes et autres produits enrichis, comme les compléments alimentaires ou les chewing-gums.



Les Grecs dans la rue, réunion d’urgence de ministres de l’UE

Plus de 5.000 personnes manifestaient mercredi matin à Athènes contre le plan d'austérité du gouvernement.
Plus de 5.000 personnes manifestaient mercredi matin à Athènes contre le plan d’austérité du gouvernement. Crédits photo : AFP

Des milliers de Grecs battaient le pavé dans les grandes villes du pays contre le plan de sortie de crise du gouvernement. Au même moment, les ministres des Finances de la zone euro s’apprêtaient à se rencontrer.

Les Grecs dans la rue, réunion d'urgence de ministres de l'UE coeur-

Contre les «sacrifices injustes et inefficaces», les fonctionnaires grecs manifestent mercredi dans les grandes villes du pays. Une grève de 24 heures a été lancée par le syndicat de la fonction publique Adedy, fort de plus de 300.000 membres. Les salariés de la fonction publique protestent contre les coupes salariales annoncées par le gouvernement socialiste afin de résorber les déficits et ainsi rassurer les marchés.

 

Mardi soir, le ministre des Finances Georges Papaconstantinou a réitéré les mesures salariales d’austérité prévues dans la fonction publique: gel des salaires, baisse de 10% des primes, diminution de 30% des heures supplémentaires, arrêt total des embauches en 2010, sauf dans les secteurs de la santé, de l’éducation et de la sécurité. Le ministre du Travail, Andreas Loverdos, a proposé de reculer de deux ans d’ici 2015 l’âge moyen de départ à la retraite pour le porter à 63 ans.

 

A Athènes, près de 5.000 syndicalistes manifestaient sous la pluie dans les rues, auxquels il faut ajouter le rassemblement séparé de 5.000 militants du Front de lutte syndical (PAME), émanation de l’ultra-orthodoxe parti communiste (KKE). A Salonique, on décomptait près de 3.000 fonctionnaires battant le pavé.

 

Par ailleurs, des dizaines de milliers de fonctionnaires ont répondu à l’appel à la grève de l’Adedy. Les contrôleurs aériens se sont joints à la grève et il n’y avait pas de trafic aérien mercredi en Grèce.

 

 

Réunion des ministres des Finances de la zone euro

 

Ces manifestations interviennent alors que les ministres des Finances de la zone euro prévoient de se réunir aussi ce mercredi par téléconférence pour parler de la situation en Grèce, selon plusieurs sources diplomatiques. En vue de cette rencontre, Nicolas Sarkozy a eu des entretiens téléphoniques avec la chancelière allemande Angela Merkel et le président de l’UE Herman Van Rompoy.

 

Selon le journal Le Monde, le président de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet, et le président de l’Eurogroupe, le forum des ministres des Finances de la zone euro, Jean-Claude Juncker, se joindront aux discussions.

 

Cette réunion se tiendra à la veille d’un sommet des dirigeants de l’UE consacré à la question à Bruxelles. A ce stade, il n’y a «pas encore d’accord» sur un plan d’aide à la Grèce. Les signes toutefois d’un mécanisme de soutien en faveur de ce pays se multiplient. Un responsable parlementaire du parti conservateur de la chancelière allemande Angela Merkel, Michael Meister, a ainsi indiqué que des préparatifs étaient en cours au sein du gouvernement allemand pour un plan d’aide. Il pourrait prendre la forme de mises à disposition de prêts bilatéraux de certains pays de la zone euro en faveur de la Grèce, pour l’aider à faire face au renchérissement pour elle du coût de l’emprunt sur les marchés depuis le début de la crise. L’option d’un versement anticipé de subventions de l’UE à la Grèce est également envisagée.

 

 

Papandréou déjeune avec Nicolas Sarkozy

 

Le Premier ministre Georges Papandréou, qui s’est rendu ce mercredi à Paris où il a déjeuné avec le président français Nicolas Sarkozy, a réaffirmé sa détermination. Il a promis mercredi de «prendre toutes les mesures nécessaires» pour réduire le déficit et a assuré que «chacune des mesures du programme d’austérité sera appliquée».

 

Le Premier ministre avait appelé, dans une tentative de limiter l’impact de la grève, les fonctionnaires à «donner l’exemple» afin de contribuer à la sortie de crise.

 

Par ailleurs, le président Nicolas Sarkozy et la chancelière Angela Merkel tiendront jeudi une conférence de presse commune à l’issue du sommet européen informel de Bruxelles, notamment sur la situation de la Grèce, a annoncé mercredi le porte-parole du gouvernement français, Luc Chatel. «Dans le cadre du sommet européen, le président de la République aura l’occasion de tenir une conférence de presse commune avec Mme Merkel sur différents sujets. J’imagine que cette question (de la situation de la Grèce) sera abordée», a déclaré Luc Chatel en rendant compte à la presse des travaux du conseil des ministres.

 

«Le gouvernement français est impliqué comme ses partenaires européens sur la situation de l’euro et de la situation de la Grèce en particulier», a-t-il ajouté, précisant que la ministre de l’Economie Christine Lagarde avait «des contacts réguliers avec ses homologues» sur ce dossier.



Inde: un nouveau missile testé

L’Inde a effectué avec succès aujourd’hui le tir d’essai d’un missile Agni-III capable de transporter une charge nucléaire, a indiqué une source de la Défense. Le missile d’une portée plus de 3.000 km a été tiré depuis le site de l’île de Wheeler, dans l’Etat de l’Orissa (est), a précisé cette source. Le missile Agni-III (« feu » en sanskrit), dont c’est le 4e test, avait été testé pour la première fois en 2006.

Capable d’embarquer une charge de 1,5 tonne, il dispose d’une portée permettant d’atteindre en théorie des villes chinoises telles que Shanghai, selon un analyste. L’Inde, qui a procédé à son premier essai atomique en 1974 et s’est déclarée puissance nucléaire en 1998, a lancé un ambitieux programme en 1983 pour produire elle-même ses missiles. Elle a déjà développé et déployé deux engins balistiques à capacité nucléaire (Agni et Prithvi). Elle entend couronner son programme avec un missile balistique d’une portée de 5.000 km baptisé Surya (Soleil) pour se donner la capacité de frapper au-delà de l’Asie du Sud.

Cet essai intervient quelques jours après que l’Inde a proposé au Pakistan l’ouverture de discussions au niveau des Affaires étrangères, plus d’un an après avoir interrompu le dialogue à la suite des attentats de Bombay. L’Inde veut évoquer la question du terrorisme et tout autre sujet qui pourrait « contribuer à créer une atmosphère de paix et de sécurité » entre les deux pays, selon une source gouvernementale.

L’Inde et le Pakistan, les deux grands rivaux d’Asie du sud, tous deux dotés de la puissance nucléaire, se sont déjà affrontés dans trois guerres depuis leur indépendance concomitante en 1947. New Delhi et Islamabad avaient lancé un processus de paix en 2004 qui avait permis d’atténuer considérablement les tensions, notamment concernant la région disputée du Cachemire.

AFP



Moscou envisage d’acquérir quatre navires de guerre français

La a confirmé lundi l’intérêt de Moscou pour l’acquisition de quatre navires de guerre français de la classe Mistral, suscitant aussitôt une réaction réservée de Washington.
« Ce ne serait plus un bâtiment de projection et de commandement, mais quatre » qui seraient demandés par la Russie et la est « en train d’examiner » cette demande, a déclaré Jacques de Lajugie, de la Direction générale de l’armement (DGA) du ministère de la Défense.

sas_pageid=’2358/24998′; // sas_formatid=1278; // Format : rectangle 2 300×250 sas_target= »; // Targeting SmartAdServer(sas_pageid,sas_formatid,sas_target);


Pour le moment, a-t-il toutefois précisé, il ne s’agit que d’une demande technique de l’état-major russe non encore formalisée au niveau politique.
Quelques heures plus tard, le secrétaire d’Etat américain Robert Gates, en visite à , a laissé poindre des réserves lors d’une conférence de presse commune avec son homologue français Hervé Morin à Paris.
Tout juste a-t-il évoqué un « échange de vues approfondi à ce sujet », ajoutant un sans appel: « Je ne ferai pas davantage de commentaires ». Cette remarque qui laissait percer les réserves américaines, a déclenché les rires entendus de la presse américaine qui accompagnait le secrétaire d’Etat.
« Nous avons des questions » à poser à la France, avait déclaré dès dimanche soir un haut responsable américain.
De son côté, M. Morin a confirmé que la France était ouverte à la perspective de cette acquisition sans précédent par la Russie de navires de guerre construits par un membre de l’Otan.
« Nous ne pouvons pas avoir deux discours » à l’égard de Moscou, a-t-il fait valoir, rappelant aussi que « d’autres pays européens » ont été sollicités.
D’un côté, a-t-il dit, on voudrait construire « une relation de confiance » et « un espace de sécurité, de stabilité et de paix » avec la Russie et, de l’autre, on « continuerait à évoquer nos relations commerciales et nos échanges comme si la Russie était celle d’avant 1991″.
Jusqu’à présent, Paris n’a donné son accord que pour la vente d’un seul Mistral, bâtiment polyvalent pouvant transporter jusqu’à 900 hommes, ainsi que des hélicoptères et des chars d’assaut.
Ce bâtiment combine, sur une plate-forme unique, les fonctions de porte-hélicoptères, d’hôpital, de transport de troupes, de mise en oeuvre de moyens d’assaut amphibie et de commandement.
La réponse à la nouvelle demande russe pourrait intervenir « dans les prochaines semaines », a indiqué M. de Lajugie. Une telle décision sera prise par les plus hautes autorités de l’Etat.
Au cours d’une rencontre fin novembre avec son homologue russe Vladimir Poutine, le Premier ministre français François Fillon avait affirmé que Paris n’avait pas d’objection à cette vente, qui, en revanche, a soulevé l’inquiétude outre des Etats-Unis, de la Géorgie et des pays baltes.
En décembre, des sénateurs républicains américains avaient écrit une lettre à l’ambassadeur de France à Washington pour exprimer leurs « inquiétudes » quant à « l’intention annoncée par la Russie de déployer le Mistral dans des eaux proches des côtes de pays de l’Otan ».
Ils avaient rappelé les propos d’un responsable de la marine russe indiquant qu’avec le Mistral, les troupes russes auraient pu accomplir en 40 minutes ce qu’elles ont mis 26 heures à faire en août 2008 lors du conflit avec la Géorgie.
A Moscou, le quotidien populaire Moskovski Komsomolets considérait lundi l’achat à la France d’au moins un bâtiment de classe Mistral comme acquis.
Sans citer de sources, le quotidien a affirmé que le contrat, d’un montant « de 500 à 600 millions d’euros », pourrait être signé lors de la visite à Paris le 2 mars du président russe Dmitri Medvedev. 

 

AFP



1234

brest2008terresetmersdebret... |
Commune de GODEWAERSVELDE |
syndicalisme |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LA GRIPPE PORCINE
| Kevin Long Production
| animaux